Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
39 projets pour réformer l’enseignement supérieur
Actualités du Maroc » Société » 39 projets pour réformer l’enseignement supérieur

39 projets pour réformer l’enseignement supérieur

Par: le mardi, septembre 11, 2012

enseignement-superieurLe plan d’action du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres pour la période 2013-2016, repose sur 39 projets

Ces projets sont répartis en six axes visant la bonne gestion du secteur, la promotion de la recherche scientifique, l’amélioration de l’offre de l’enseignement, l’amélioration des prestations sociales aux étudiants, la révision des textes régissant le secteur et le développement d’une stratégie de coopération internationale.

Elaborée sur la base de la Déclaration gouvernementale et du plan d’urgence 2009-2012, cette stratégie ambitionne de relever les défis liés à la formation, la recherche scientifique, la gouvernance, la qualité de l’enseignement, la coopération, outre la satisfaction des besoins sociaux induits par l’évolution du système éducatif.

Ces défis concernent également les exigences du développement économique dictées par la politique d’ouverture adoptée par le Maroc.

Le premier axe vise à consolider les capacités d’intégration des lauréats universitaires dans le marché du travail à travers notamment l’amélioration de la qualité de l’enseignement, le renforcement de la capacité d’accueil des établissements, la révision de la carte universitaire en reconsidérant les critères relatifs à la création et à l’accès aux universités et ce dans le cadre de la régionalisation élargie.

Cet axe vise aussi le soutien et le développement de la formation dans le cycle du doctorat, la promotion de l’enseignement électronique, ainsi que la mise au point d’un système à même d’assurer l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur et la visibilité dans la gestion du secteur aux niveaux régional, national et international.

Le deuxième axe, consacré à la gouvernance, a pour objectifs d’améliorer la gestion des ressources humaines, favoriser l’utilisation des nouvelles technologies, renforcer l’indépendance de l’université et assurer la bonne gouvernance de l’enseignement supérieur privé et des cités universitaires.

S’agissant du troisième axe, il porte sur l’actualisation de la stratégie nationale de la recherche scientifique et technologique, le renforcement des infrastructures en vue de valoriser la recherche et l’innovation, la mobilisation des ressources humaines, la motivation des enseignants chercheurs, le financement de la recherche scientifique et la promotion de la coopération internationale.

L’augmentation du montant des bourses et du nombre des étudiants bénéficiaires et le renforcement de la capacité d’accueillir des universités avec la contribution du secteur privé et des acteurs socio-économiques, figurent parmi les objectifs du quatrième axe, qui prévoit également la généralisation des restaurants au niveau des universités, la mise en place d’une couverture médicale et d’une assurance risque, ainsi que la promotion des activités culturelles et sportives

Le cinquième axe concerne la mise à jour de la loi régissant l’enseignement supérieur, le parachèvement de l’arsenal juridique relatif à l’enseignement supérieur privé, outre la révision des dispositions réglementaires afférentes au régime des équivalences de diplômes, la révision des statuts des enseignants chercheurs et la mise en place de nouvelles dispositions législatives visant l’amélioration de l’enseignement supérieur.

A travers le sixième axe de son plan d’action, le ministère vise la consolidation des programmes de coopération mis en place avec les pays étrangers, l’établissement de nouveaux partenariats dans le domaine de la recherche scientifique, la promotion du partenariat régional dans le cadre de la coopération sud-sud et le renforcement de la mobilité des enseignants chercheurs.

La mise en Âœuvre de cette stratégie requiert la création d’environ 9.270 postes budgétaires, soit l’équivalant de 2.320 postes annuellement, avec un coût global de 9,86 milliards de DH (environ 2,46 milliards DH par an).

Source: Menara

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,