Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Abdelilah Benkirane nommerait-il un nouveau ministre des affaires étrangères ?
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Abdelilah Benkirane nommerait-il un nouveau ministre des affaires étrangères ?

Abdelilah Benkirane nommerait-il un nouveau ministre des affaires étrangères ?

Par: le vendredi, octobre 4, 2013

Les tractations pour l’intégration du parti du rassemblement national des indépendants (RNI) à la coalition gouvernementale, p ourrait coûter son poste, au ministre des affaires étrangères, le PJDiste Saad Dine El Otmani.
5926159-8830242

en effet, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane aurait proposé le portefeuille des affaires étrangères au président du RNI, Salaheddine Mezouar, pour lui faire oublier le ministère des finances, qu’il exige insistamment, comme prix de son acceptation d’intégrer la quadri-alliance gouvernementale.

Benkirane se retrouve entre deux feus, il ne peut accorder le portefeuille des finances au président du RNI sans se faire lyncher par les faucons islamistes de son parti, qui refusent que Salah Dine Mezouar, ex-ministre des finances au gouvernement précédent, ne reprennent cette stratégique fonction.

Et d’autre part, le RNI conditionnerait son acceptation de doter le gouvernement Benkirane d’une majorité au parlement par le retour de Mezouar à son ex-ministère.

Fin politicien, Benkirane aurait tenté d’une pierre deux coup, contenter Mezouar par un ministère de gros calibre comme les affaires étrangères et en même temps, éloigner de ce portefeuille prestigieux, son rival et eternel challenger au parti, Saad Dine El Otmani.

Selon le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum Al Maghrybia, Benkirane aurait proposé de nommer Mezouar, ministre des affaires étrangères et d’accorder le ministère des finances à un autre RNIste, Rachid Talbi Alami, ce qui aurait été refusé par le RNI, qui ne verrait argentier du royaume que Mezouar.

A noter, que les faucons islamistes du PJD, avaient tonitruement accusé Salah Dine Mezouar de malversation lorsqu’il était ministre des finances au gouvernement précédent.

Benkirane qui a besoin de lui pour reformer sa majorité après le cinglant retrait du PI, se voit contraint de jouer aux équilibristes entre ses bases, franchement anti RNI, et ce dernier qui entend se faire payer grassement son acceptation de revenir aux affaires.

Source:Lemag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,