Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Accords de libre-échange:Bilan d’étape
Actualités du Maroc » Culture, Economie, Medias, Politique, Santé, Sciences, Société, Sport, Tourisme » Accords de libre-échange:Bilan d’étape

Accords de libre-échange:Bilan d’étape

Par: le samedi, février 28, 2009

« La décision de signer des accords de libre-échange est sage et intelligente », affirme Abdellatif Maâzouz, ministre du Commerce extérieur, à l’occasion de la présentation du modèle des impacts de ces accords, IMPALE, développé par son département afin de simuler certaines incidences économiques et commerciales pouvant en découler.

« La décision de signer des accords de libre-échange est sage et intelligente », affirme Abdellatif Maâzouz, ministre du Commerce extérieur, à l’occasion de la présentation du modèle des impacts de ces accords, IMPALE, développé par son département afin de simuler certaines incidences économiques et commerciales pouvant en découler.
« Comment en tirer le meilleur profit ? », marque-t-il le défi, rappelant les réformes structurelles et économiques entreprises par le Royaume. La signature par le Maroc des ALE permet, à travers le démantèlement tarifaire, « une amélioration du pouvoir d’achat » et des capacités de consommation ainsi qu’une « augmentation des importations et du volume des exportations », explique le ministre. Développer l’offre exportable, c’est « travailler ses marchés » pour la vendre. Le pays a lancé une stratégie d’exportation qui se situe « en amont de sa politique économique » en vue de se positionner sur les marchés extérieurs dans « les meilleures conditions » précise t-il. A son tour et s’exprimant à l’ouverture de l’atelier de présentation d’IMPALE, Stefano Paternostro, économiste en chef de la Banque Mondiale au Maroc, salue la politique commerciale marocaine qui « vise à accroître les opportunités d’exportation », indiquant que le Maroc qui dispose d’une « large gamme d’instruments » pour se faire, incluant notamment les réformes tarifaires, la signature d’un grand nombre d’accords préférentiels, bilatéraux et régionaux, est conforté par le Statut avancé avec l’Union européenne.

Soulignant l’importance de l’intégration dans la création de richesses et d’emplois, le responsable de la BM estime toutefois que ce processus doit être sous-tendu par une adaptation des politiques commerciales, à travers l’amélioration de la compétitivité de la chaîne complète de la logistique et le recours à l’offshoring. Avec l’étude IMPALE, « c’est un bilan d’étape » pour le Maroc, affirme le responsable de l’institution internationale qui, riche de son expérience en matière des modèles calculables d’équilibre général (MCEG), a contribué avec ses experts au développement de celui-ci par le ministère du Commerce extérieur.
Le modèle IMPALE, complexe, dernier né des MCEG produits au Maroc, réel et statique, s’inscrit dans la ligne structuraliste néoclassique de Dervis, Melo et Robinson et incorpore les avancées apportées par le modèle développé par International Food Policy Institute » (l’Institut international de la politique alimentaire).

Le modèle repose sur l’analyse de la statique comparative entre l’équilibre initial à l’année de base (2003) et l’équilibre obtenu après l’instauration complète des ALE en 2015. Les résultats des simulations sont appréciés par référence à l’économie marocaine telle que reproduite dans la matrice de comptabilité sociale de 2003. Deux études ont été faites sur le modèle IMPALE : La première évalue les incidences sur l’économie marocaine et sur les échanges extérieurs alors que la deuxième évalue les accords et les effets attendus de l’application des plans sectoriels développés par le Maroc dans les domaines du tourisme, du bâtiment et de l’industrie.
Par Réda Bennis | LE MATIN

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , , , , , , , , ,