Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Algérie: Belkhadem victime de ses ambitions et de la guerre intestine au sein du FLN
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Algérie: Belkhadem victime de ses ambitions et de la guerre intestine au sein du FLN

Algérie: Belkhadem victime de ses ambitions et de la guerre intestine au sein du FLN

Par: le mercredi, août 27, 2014

Ecarté mardi sans ménagement de toutes les structures de l’Etat, Abdelaziz Belkhadem, conseiller spécial du chef de l’Etat algérien, aurait fait les frais de ses ambitions et de la guerre intestine au sein du Front de libération nationale, parti du président Abdelaziz Bouteflika.

6931455-10597450
Rappelé aux affaires en tant que ministre d’Etat à la présidence quelques jours seulement avant la campagne présidentielle du 17 avril dernier, M. Belkhadem (69 ans), dont les raisons du limogeage n’ont pas été encore explicitées, faisait alors son grand retour sur la scène politique. En effet, il s’était éclipsé des regards depuis sa destitution de la tête du FLN au terme d’une assemblée extraordinaire des plus houleuses, en janvier 2013.

Selon les observateurs, l’éviction de M. Belkhadem serait en liaison avec ses déclarations visant le gouvernement et surtout sa prétention de reprendre en main la direction du parti historique, qui connaît une lutte sans merci entre ses différentes ailes.

Entré en conflit ouvert avec l’actuel secrétaire général du FLN, Amar Saadani, l’ancien chef de diplomatie algérienne ne cachait pas la volonté de retrouver la présidence du vieux parti, laissant planer la crainte d’une nouvelle crise profonde au sein de cette structure, au bord de l’implosion.

En juillet dernier, M. Saâdani a menacé son prédécesseur de sanctions en jugeant « irresponsable et condamnable » son comportement lors d’une réunion partisane, alors qu’il est un membre du Comité central ni plus ni moins .

Après son retour en grâce, Abdelaziz Belkhadem s’était engagé de quitter la scène politique dès la reconduction du président Bouteflika pour un quatrième mandat. Mais, il n’a pas tenu sa promesse en restant à son poste jusqu’au jour de sa nouvelle éviction, qui intervenait juste avant la tenue d’un Conseil des ministres.

« Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a mis fin, mardi matin, aux fonctions de M. Abdelaziz Belkhadem », a indiqué une source de la présidence, citée par l’agence APS.

Le président Bouteflika « a pris un décret en vertu duquel il a mis fin aux fonctions de M. Abdelaziz Belkhadem en qualité de ministre d’Etat, conseiller spécial à la présidence de la République, ainsi qu’à toutes ses activités en relation avec l’ensemble des structures de l’Etat », a-t-on précisé de même source.

En vertu du même décret, a-t-on ajouté, le secrétaire général du FLN, Amar Saadani, est chargé de « prendre les mesures nécessaires afin de mettre fin aux fonctions de M. Abdelaziz Belkhadem au sein du parti et interdire sa participation aux activités de l’ensemble de ses structures ».

Toujours aussi ambitieux, l’ancien Premier ministre avait fait état de son intention de se présenter aux dernières présidentielles, si M. Bouetflika venait à y renoncer pour des raisons de santé.

En dépit de son statut de conseiller spécial du président, Abdelaziz Belkhadem n’a jamais été chargé par le chef de l’Etat de le représenter à quelconque événement à l’étranger, ce qui était expliqué par les observateurs comme un indicateur des relations tendues entre les deux hommes.

La presse locale ne manquait pas aussi de mettre en avant ses critiques publiques contre le gouvernement d’Abdelmalek Sellal, alors que ce dernier jouit de la totale confiance du chef de l’Etat qui l’avait désigné directeur de campagne lors du dernier scrutin.

Source:Lemag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,