Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Benkirane à Washington : Le Roi Mohammed VI a pratiqué une autocritique
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Benkirane à Washington : Le Roi Mohammed VI a pratiqué une autocritique

Benkirane à Washington : Le Roi Mohammed VI a pratiqué une autocritique

Par: le samedi, août 9, 2014

Washington : Le chef du gouvernement marocain Abdelilah Benkirane a, en marge de sa participation au sommet USA – Afrique à la maison blanche, accordé une interview à un média publique américain, dans lequel il est revenu sur nombreux sujets d’actualité au Maroc, comme sa relation avec le Roi, les relations maroco-américaines, le Sahara ou les rapports difficiles avec le pouvoir en place en Algérie.

6885969-10525852

En effet, Abdelilah Benkirane a eu l’occasion de faire le tour des sujets de l’actualité politique, les plus brulants au Maroc, lors d’une interview publiée aujourd’hui, sur le site de la chaîne gouvernementale américaine, Al Hurra.

Benkirane, après avoir rappelé les crédos de sa famille politique, le PJD, consistant en le respect minutieux de la monarchie, l’interaction et la cohabitation active et positive avec le Roi ou la dépolitisation de l’Islam, il a dit avoir été comme nombreux marocains, ‘‘agréablement’’ surpris par le ton et la teneur du dernier discours du Roi Mohammed VI :

‘‘Oui, on peut l’affirmer, le Roi a pratiqué une autocritique, c’est vrai, il s’est posé la question quant à l’efficacité des projets qu’il avait initié au Maroc, depuis son accession au trône il y a 15 ans’’ a déclaré Benkirane.

Le chef du gouvernement a ajouté que ‘‘le souverain a reconnu que les résultats de ces projets ne profitent pas toujours, à tous les marocains de manière équitable’’.

Difficile pour les marocains d’accéder aux marchés américains
Questionné sur les relations du Maroc avec les USA, Abdelilah Benkirane a assuré que politiquement les relations du royaume avec les USA sont une ‘‘alliance objective et durable’’.

Néanmoins, Benkirane a regretté qu’au niveau économique, tout est encore à faire : ‘‘Hormis l’ALE que nous avons avec les USA, nos échanges sont encore faibles, il est clair que nos entrepreneurs sont incapables de vendre leurs produits sur les marchés américains. L’essentiel c’est que nous en sommes conscients et sommes en train d’élaborer une stratégie pour soigner cette défaillance’’ a assuré le chef de l’exécutif marocain.

Le Polisario : Une république irréelle

Concernant l’affaire du Sahara et ses retombées sur les relations du Maroc avec le continent africain, Benkirane a assuré que le royaume avait quitté volontairement l’OUA après que celle-ci, ait perdu toute respectabilité, lorsqu’elle avait accepté l’adhésion en son sein, d’une république imaginaire du polisario, qui n’existe que sur le sol algérien.

Benkirane a indiqué que le fait que le Maroc ne soit pas membre actuel de l’UA, n’entame en rien son africanité : ‘‘Notre relation avec l’Afrique dépasse de loin, les cadres classiques limités, elle est spirituelle et dure depuis toujours’’ a expliqué Benkirane, ajoutant que le retour du royaume à l’UA n’est qu’une formalité non urgente qui se fera dés que l’erreur polisario aura éffacée.

Nous ne demandons rien à l’Algérie
Au sujet des relations jugées ‘‘difficiles’’ du Maroc avec l’Algérie, Abdelilah Benkirane a imputé cela, aux histoires aux parcours antinomiques des deux pays.

Pour Benkirane, le Maroc qui existe depuis 12 siècles, en totale indépendance des empires orientaux, abbassides et ottomans, a développé son identité propre, au contraire de l’Algérie qui n’a jamais existé qu’en tant que province ottomane ou département français. Mais, poursuit Benkirane, « cela n’empêche que nos deux peuples se ressemblent humainement ».

Actuellement, ‘‘nous ne demandons rien à l’Algérie, sauf une chose, revenir à la raison et agir selon la logique de bon voisinage et de fraternité entre peuples de même religion et de même langue, si les algériens réussissent à faire cela, ils courraient eux-mêmes, ouvrir la frontière avec le Maroc’’ a conclu Abdelilah Benkirane.

Source:Lemag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,