Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
« Chabat met le pays en danger » a déclaré Abdelouahed El Fass
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » « Chabat met le pays en danger » a déclaré Abdelouahed El Fass

« Chabat met le pays en danger » a déclaré Abdelouahed El Fass

Par: le mercredi, mai 15, 2013

Pour Abdelouahed El Fassi, leader de « Bila Haouada », les vrais istiqlaiens sont appelés à se mobiliser pour mettre fin aux dérives que connaît actuellement le parti.

La décision du parti de l’Istiqlal, samedi 11 mai, de se retirer du gouvernement a ravivé les querelles entre Istiqlaliens. Mhamed El Khalifa, ancien ministre de l’Artisanat et l’un des ténors du parti a ouvertement critiqué la décision la considérant comme un signe de manque de maturité politique chez la direction actuelle du parti. Mais c’est la sortie médiatique de Abdelouahed El Fassi qui a été la plus attendue, du fait que l’ancien ministre de la Santé et fils du leader istiqlalien feu Allal El Fassi, n’a jamais reconnu Hamid Chabat comme le secrétaire général de l’Istiqlal et conteste jusqu’à ce jour son élection. M. El Fassi était lui aussi candidat au poste de secrétaire général du parti et poursuit devant la justice M. Chabat pour falsification des résultats.chabat-fassifihri

Samedi dans la soirée, M. El Fassi a rendu public avec ses amis, le clan Bila Haouada (Sans concession) un communiqué dans lequel il considère la décision du conseil national sans fondement politique, illégale puisque l’ordre du jour du conseil national ne comportait pas le vote sur le retrait ou le maintien des ministres istiqlaliens au sein du gouvernement. « C’est une décision irrationnelle qui pousse le parti droit dans le mur et lui fait perdre sa crédibilité et sa place comme étant un parti patriotique et responsable  », a déclaré à Menara.ma, M. El Fassi.
Il a, en même temps, adressé un appel aux sages du parti pour intervenir afin de redresser les torts et permettre à l’Istiqlal de reprendre le chemin qui depuis toujours est le sien, loin des surenchères et des politiques de chantage.

Et comme pour enfoncer le clou alors que la direction du PJD était en réunion lundi soir pour arrêter une réponse à la démarche de Hamid Chabat, Abdelouahed El Fassi tient une conférence de presse à Rabat. D’abord, le chef de Bila Haouada a réitéré l’accusation selon laquelle le vote sur le retrait n’était pas programmé et qu’un bon nombre des membres du conseil ont été surpris de l’annonce de la décision. Il ajoute dans une déclaration recueillie par Menara.ma, mardi 14 mai 2013, que « les vrais istiqlaliens, responsables et fiers de leur appartenance au parti ne peuvent accepter une décision prise sur la base d’une résolution de la jeunesse istiqlalienne, laquelle voulait revoir la structure du gouvernement et la représentation du parti. Je comprends que M. Chabat veut faire plaisir à ses protégés de la jeunesse qui l’avaient soutenu dans son coup de force pour avoir la présidence du parti. Mais pas au point de mettre le pays et ses acquis démocratiques en danger… »

Lors de la conférence de presse de lundi, M. El Fassi a relevé qu’une décision aussi grave ne peut être prise par un parti responsable alors que le Roi est à l’étranger. « Nous n’avons jamais vu cela », dit-il avant d’assurer que lui même et l’ensemble des Istiqlaliens sont responsables de la situation actuelle qui a permis à Hamid Chabat de faire main basse sur le parti et le syndicat et se permet de créer une crise gouvernementale alors que la situation économique, sociale et politique nécessite plus de sérieux et de sérénité.

Que faire ? A cette grande question, M. El Fassi répond qu’il incombe à tous les Istiqlaliens de se mobiliser contre les dérives actuelles et il attend sereinement la décision de la justice qu’il a saisie pour invalider l’élection de M. Chabat à la tête du parti. « Si la justice me donne raison, l’élection de Chabat au poste de secrétaire général et les décisions prises depuis ne seront qu’un mauvais souvenir… », conclut M. El Fassi.

source: Menara

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,