Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Cheb Mami, le « Prince du raï » loin des projecteurs
Actualités du Maroc » Actualités du Monde » Cheb Mami, le « Prince du raï » loin des projecteurs

Cheb Mami, le « Prince du raï » loin des projecteurs

Par: le samedi, juillet 4, 2009

cheb mamiLe chanteur Cheb Mami, le « Prince du raï », dont le procès pour tentative d’avortement forcé de son ex-compagne française s’ouvre jeudi à Bobigny, près de Paris, a mis sa carrière artistique en veilleuse et vit loin des projecteurs depuis deux ans en Algérie.

Mis en examen en octobre 2006, incarcéré trois mois à la prison de la Santé à Paris, puis libéré après versement d’une caution de 200.000 euros, Mohamed Khelifati, alias Cheb Mami, 42 ans, est depuis mai 2007 sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Interpol a demandé à Alger de le livrer à la France.

Vivant entre Oran, la métropole de l’ouest algérien où il possède quelques biens immobiliers, et sa ville natale Saïda, située à 437 km au sud-ouest d’Alger, Cheb Mami garde toujours le silence sur sa présence jeudi au procès pour tentative d’avortement de son ex-compagne française.

Celui qui est avec Cheb Khaled la grande figure de proue de la musique raï ne se produit plus sur scène et fuit la presse locale et étrangère. Il a mis sa carrière artistique en veilleuse et vit loin des projecteurs, une situation qui ne cadre pas avec son statut de star et de « Prince du raï », cette musique née en Algérie, à laquelle il a su donner une portée internationale en la mélangeant à d’autres genres musicaux.

Cheb Mami, « le môme », voit le jour le 11 juillet 1966 dans un quartier populaire de Saïda, dans l’ouest algérien, berceau de la musique raï (opinion). Ce style musical n’est alors chanté que par les femmes, qui expriment ainsi leur mal de vivre, et les anciens.

Dès son plus jeune âge, Cheb Mami aime chanter et sa voix, déjà puissante à 14 ans, le fait connaître dans sa région comme animateur de noces et de banquets. Il peaufine son genre dans les cabarets orientaux d’Oran, puis devient célèbre en Algérie en raflant en 1982 le second prix d’un concours télévisé.

Sa carrière internationale sera lancée par le premier festival raï de Bobigny, en 1986, où le public français découvre ce type musical et la voix de Cheb Mami, aux côtés des Khaled, Cheikha Rimitti et autres vedettes du genre. Il sera quelques années plus tard le premier chanteur de raï à avoir rempli, seul sur scène, la salle de Bercy à Paris.

La force de Cheb Mami est d’avoir ouvert le raï à d’autres styles.

Dans ses enregistrements, comme « Dellali » en 2001, il n’hésite pas à mélanger des instruments traditionnels comme l’oud ou la derbouka, et des apports extérieurs tels que synthétiseur, guitare électrique, saxophone, batterie…

Dans cette logique d’ouverture, il propose en outre dans son album « duSudauNord » datant de 2003 une série de duos avec des chanteurs de tous horizons: « Desert Rose » avec Sting, « Enfants d’Afrique » avec Corneille, « Cosi Celeste » avec Zucchero, « Madanite » avec Ziggy Marley, « Parisien du Nord » avec K-Mel…

En 1998, lors d’un passage à La Cigale à Paris, il puisait déjà tour à tour dans le funk, le rock, le rap. Sur un morceau, « Azwaw », il faisait appel à trois cornemuses, mélangeant raï et musique celtique.

En 2003, il a été fait chevalier de l’Ordre national du mérite sur proposition de l’ancien président français Jacques Chirac, qui souhaitait récompenser « le talent d’un très grand artiste qui a fait découvrir le raï dans le monde entier ».

Cheb Mami a été le premier à être admis au chevet du président algérien Abdelaziz Bouteflika lorsque celui-ci avait été hospitalisé à Paris pour « ulcère hémorragique au niveau de l’estomac ».

Source : AFP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,