Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Crise économique : Favorise la montée de la xénophobie et des partis d’extrême droite
Actualités du Maroc » Société » Crise économique : Favorise la montée de la xénophobie et des partis d’extrême droite

Crise économique : Favorise la montée de la xénophobie et des partis d’extrême droite

Par: le jeudi, juin 6, 2013

Lemag : L’Histoire se répète, mais avec beaucoup d’amertume. Si la crise économique de 1929 a donné lieu à un cadre idéal pour le fascisme, la nouvelle crise économique européenne a favorisé la montée en puissance des partis d’extrême droite.

Ainsi, les chiffres parlent d’eux-mêmes: ces dernières années, des partis d’extrême droite sont apparus en Europe. Le Vlaams Blok de Belgique, créé dans les années 1970 et interdit, a refait surface il y a peu sous le nom de Vlams Belang. Le Front National français, fondé en 1972, s’est révélé la troisième force politique à la dernière élection présidentielle. En Norvège, le Parti du progrès a obtenu plus de 22% des voix aux élections de 2009. Anders Breivik, l’auteur du massacre de l’île d’Utøya, a milité plusieurs années dans ses rangs. manifestation-BNP

D’autres pays européens sont également à citer: la Suisse avec l’Union démocratique du centre a réuni 29% des votes aux élections de 2007,  la Suède, la Finlande, le Danemark, les Pays-Bas, l’Italie, la Hongrie, la Bulgarie et la Grèce, tous pays ayant des députés d’extrême-droite dans leurs instances parlementaires.

Pour les autres pays, quoique ces partis d’extrême droite n’aient pas réussi à entrer dans les chambres basses des parlements, ils ont pénétré d’autres institutions. En Espagne, aux dernières élections municipales, la Plateforme pour la Catalogne (PxC) s’est assurée 67 sièges dans diverses communes de Catalogne.

Les caractéristiques majeures de ces partis sont un profond euroscepticisme, l’hostilité contre l’immigration et les minorités, le racisme et la xénophobie, un nationalisme radical; pour ne citer que ces éléments.

La première victime de cette montée en puissance des partis de l’extrême droite ne sont que les communautés musulmanes. D’autant plus que l’émergence de l’islam radical en Europe, perçue par de nombreux Européens comme une menace contre les valeurs occidentales, est l’occasion pour ces mouvances d’inciter à la haine et de gagner des voix.

Mais il n’ya pas seulement que les musulmans, les minorités subissent aussi les injures de ces groupes d’extrême-droite. Le parti Jobbik en Hongrie qui a établi des listes de Juifs “dangereux” du pays, l’animosité contre les Roms du Front National en France et l’Union Nationale Attaque en Bulgarie en sont des exemples.

source: Lemag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , ,