Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Démission de l’Istiqlal : les graines de la discorde
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Démission de l’Istiqlal : les graines de la discorde

Démission de l’Istiqlal : les graines de la discorde

Par: le mercredi, juillet 10, 2013

Partira, partira pas… Chabat vient de faire la démonstration de sa ferme détermination d’en découdre avec Benkirane en rendant tangible son souhait de quitter la barque gouvernementale.

Le fringant rais du parti de la rose avait, lors de sa campagne élective pour le poste de SG du parti, annoncé la nécessité pour son parti de quitter l’alliance gouvernementale afin de prévenir un enlisement dans une gestion des affaires publiques antipopulaire.chabat_istiqlal

La démission des ministres istiqlaliens ne deviendra effective, conformément aux dispositions de la Constitution du 1er juillet 2011, qu’après que le chef du gouvernement l’ait présenté au Roi.

Pour l’heure les hypothèses sur la configuration de la future coalition gouvernementale vont reprendre de plus belle à la veille du mois sacré du Ramadan.

Caisse de compensation : cheval de bataille

Le cheval de bataille de la guéguerre que se livrait les camps Benkirane et Chabat n’était autre que cette fameuse caisse de compensation. Le poids financier de cette dernière, augmentant de manière exponentielle depuis les cinq dernières années, constitue le facteur aggravant du déficit du budget général.

Intervenant lors d’une émission de la radio BBC, aujourd’hui, Al Mokrii Abou Zaid, l’un des brillants éléments du brain-trust du PJD, estime que son parti a eu le courage politique d’amener sur la place publique des débats comme celui de la compensation, les extirpant ainsi des arcanes opaques des centres de décisions.

Abou Zaid affirme que cette réforme se situe dans le cœur même du processus de lutte contre toutes les formes de gabegie et de rente. Une affirmation qui prend appui sur le fait que seulement 20% des ressources de  la compensation profitent aux couches les plus défavorisées.

Les constantes de la nouvelle équation politique

Loin des hypothèses de relance de la croissance économique, des scénarii de réforme de la compensation ce sont les supputations sur la nouvelle configuration de la majorité qui vont meubler ces nuits ramadanesques qui s’annoncent chaudes.

Les constantes de l’équation politique sont désormais assez claires : un PJD dans l’obligation de trouver le ou les partenaires qui lui donnent la majorité suffisante et en face une opposition qui va prendre de l’envergure avec l’arrivée d’un professionnel de la chose : le PI avec à sa tête le sulfureux Chabat.

Pour le moment, Benkirane devra faire montre d’une grande ingéniosité et du maximum de flexibilité afin de pouvoir terminer le mandat jusqu’à son terme naturel en 2017.

En dernière analyse nous devons nous résoudre au fait que nous traversons l’une des plus grave crises politiques que le Maroc a eu à connaitre depuis les 15 dernières années.

La démission collective des six ministres de l’Istiqlal est ainsi cette nouvelle par qui la discorde arrive. Un feuilleton à suivre…

source:Menara

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,