Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Derb Omar, le poumon commercial de Casablanca appelé à la mise à niveau
Actualités du Maroc » Economie » Derb Omar, le poumon commercial de Casablanca appelé à la mise à niveau

Derb Omar, le poumon commercial de Casablanca appelé à la mise à niveau

Par: le jeudi, mai 7, 2009

L’heure de la mise à niveau a-t-elle sonné pour le poumon commercial de la capitale économique et plus grand centre de commerce de gros au Maroc, Derb Omar, en l’occurrence ?

L’heure de la mise à niveau a-t-elle sonné pour le poumon commercial de la capitale économique et plus grand centre de commerce de gros au Maroc, Derb Omar, en l’occurrence ?

Outre les commerces de Casablanca, ce centre commercial assure l’approvisionnement également de plusieurs villes du Royaume en différents produits et articles, allant du textile, habillement et ameublement à l’électroménager, en passant par l’alimentaire, les ustensiles de cuisine, les objets de décoration et les articles et matériaux de plasturgie.
Eu égard à son rôle dans l’activité économique et commerciale et à sa position au cœur de la métropole, Derb Omar s’érige en lieu de pèlerinage où tout le monde trouve incontestablement son compte, des commerçants et professionnels à la ménagère, aux enfants et aux pères de familles. Qui plus est, fait désormais partie de la mémoire collective.

Sensibilisation pour la mise à niveau

Ce centre commercial existe justement depuis 140 ans et son activité de vente en gros d’articles s’est vue prolonger, depuis, vers Derb Ben Jdiya, quartier limitrophe, pour s’ériger en véritable grande zone commerciale, usant des moyens de travail traditionnels bien qu’elle connaisse une activité commerciale florissante, la plus intense à l’échelle nationale.
Mais plus de cent ans après, le temps a eu le dessus sur certains de ses immeubles abritant magasins et locaux commerciaux, appelés donc à la réhabilitation.
Cette zone connaît aussi, depuis des décennies déjà, une importante activité du commerce de détail, parallèlement au commerce de gros, ce qui exige une mise à niveau des locaux et une réorganisation des commerces par branche d’activité, mais également des solutions aux étalages non organisés qui squattent les trottoirs et gênent piétons et automobilistes.
Ces questions et d’autres ont été, à juste titre, débattues en avril dernier à Casablanca, lors d’une rencontre de sensibilisation, entre des représentants du ministère du Commerce, de l’Industrie et des Nouvelles Technologies, la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services du Grand Casablanca, la Préfecture des Arrondissements de Casablanca-Anfa, l’Association Al Irfane pour l’Action culturelle et sociale, en charge d’un diagnostic sur l’état des lieux à Derb Omar et à Ben Jdiya et les commerçants de la zone, premiers concernés.
A la mi-avril dernier, une enquête, confiée à l’Association Al Irfane, qui coordonne avec la Direction régionale du Plan, devait être entamée en vue de dresser le diagnostic sur l’état des lieux à Derb Omar et à Ben Jdiya, dans tous leurs aspects. Ce diagnostic devrait jeter la lumière sur les problèmes des commerçants, permettre aux autorités locales et aux opérateurs économiques d’avoir des données objectives sur la situation et impulser des suggestions et recommandations qui permettront la prise de décisions adéquates à même de répondre aux attentes des commerçants et de l’Administration.

Pour une fluidité de la circulation

Entassements de cartons, gâchis d’étalages, véhicules surchargés et mal garés : c’est l’état des lieux qui parait à l’œil nu, ne laissant pas beaucoup de choix aux piétons des rues de la zone Derb Omar-Ben Jdiya et qui appelle à des remèdes.
Aussi les opérations quotidiennes de chargement et de déchargement des camions et camionnettes souvent en mauvais stationnement, constitue un défi que les commerçants devraient s’atteler à relever, d’autant qu’ils sont, à présent, assurés qu’il s’agit de la mise à niveau et de la réorganisation des commerces.
Certains d’entre eux affirment, à ce propos, que la crainte que leurs commerces seraient transférés hors de la zone de Casablanca-Anfa est finalement dissipée.
Il ressort du débat ouvert lors de la rencontre de sensibilisation, que se sont plutôt les camions transportant les marchandises qui pourraient être déplacés vers un parking spacieux ou lieu fixe de stationnement, selon la convenance des parties concernées et ce, dans le cadre de l’intérêt général.
Cependant, les avis demeurent encore partagés sur cette question, parmi les commerçants.

La mise à niveau sera-t-elle au rendez-vous à temps ?

Sur la question de la mise à niveau des commerces, maintenant qu’ils sont rassurés que Derb Omar restera au cÂœur de la capitale économique en tant que « carte-mémoire », les commerçants de ce centre, au nombre de 2.303, selon les statistiques pour 2007 de la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services, sont appelés à mettre la main à la pâte, avec l’accompagnement de la Direction du Commerce Intérieur, relevant du ministère, dans le cadre du programme « Rawaj Derb Omar 2008-2012 », qui s’inscrit, à son tour, dans le cadre de « Rawaj

Vision 2020″, lancée en 2007

Cette vision ou plan national, rappelle-t-on, qui doit coûter 12 milliards de DH à l’Etat, constitue une nouvelle stratégie gouvernementale pour la relance et la modernisation du commerce intérieur dans les différentes régions du pays, visant notamment à soutenir ce secteur, moderniser ses composants variés et accroître ses performances d’ici 2020, grâce à la création de nouveaux outils financiers au profit des commerçants et à une série d’investissements destinés à optimiser le commerce domestique à tous les niveaux.
Selon les statistiques, le nombre de commerces de gros concernés à Derb Omar est de 833, de détail (768) et de semi-gros (702), alors que celui des personnes employées s’élevait, en 2007, à 7.966.
Certains des magasins de Derb Omar, faut-il le rappeler, constituent des Show-Room d’entreprises textiles, d’ameublement ou d’électroménager qui trouveront, à coup sûr, leur compte dans le futur new look de la zone de Derb Omar-Ben Jdiya.
Reste souhaitable que dans la cadre de ce projet de mise à niveau et de réorganisation des commerces, les quelques Kissariyas de Derb Omar qui restent, pourront préserver leur cachet architectural original tout en affichant « moderne », à l’honneur des clients du gros, semi-gros et de détail de toutes les régions.

MAP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , , , , , , , ,