Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Des ex-prisonniers marocains à Tindouf dénonce l’initiative de dénaturer le mandat de la MINURSO
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Des ex-prisonniers marocains à Tindouf dénonce l’initiative de dénaturer le mandat de la MINURSO

Des ex-prisonniers marocains à Tindouf dénonce l’initiative de dénaturer le mandat de la MINURSO

Par: le samedi, avril 20, 2013

Rabat – « L’Association des ex-prisonniers de guerre marocains » a vivement dénoncé l’initiative visant à étendre les prérogatives de la MINURSO pour englober la surveillance du respect des droits humains au Sahara marocain, y voyant une menace au cessez-le-feu de 1991. ali-najab

Dans une lettre adressée au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon et aux membres permanents du Conseil de sécurité, dont copie est parvenue vendredi à la MAP, le président de l’Association, Ali Najab prévient qu' »une telle résolution, si elle venait à voir le jour, risque de remettre en question le cessez-le feu qui jusqu’à présent a permis à l’ONU de travailler avec sérénité à la recherche d’une solution définitive à ce conflit ».

Cette résolution  » risquerait d’être à l’origine de troubles graves » et conduirait une remise en cause du cessez-le-feu, ce qui serait « catastrophique », souligne l’Association.

Sur le registre des droits de l’homme, la lettre rappelle l’action que déploient plusieurs ONG de défense des droits de l’Homme comme l’Organisation marocaine des droits humains (OMDH), l’Association marocaine des droits humains (AMDH) ou encore le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) qui disposent de bureaux régionaux à travers tout le Royaume, y compris dans les provinces du Sud, et qui jouissent de la liberté totale de dénoncer tout abus en matière des droits de l’Homme.

L’Association, qui représente quelque 2300 ex-prisonniers de guerre, s’est interrogée, par ailleurs, sur le mutisme des instances internationales au moment où les prisonniers marocains, civils et militaires, étaient demeurés en captivité à Tindouf, en territoire algérien, 13 ans après le cessez-le-feu et ce, en flagrante violation des Conventions de Genève qui stipulent que la libération des prisonniers doit être immédiate après l’arrêt des hostilités.

La lettre a, d’autre part, appelé le Conseil de Sécurité à rejeter cette proposition US, afin de garder l’espoir de parvenir à une solution définitive au conflit du Sahara qui dure déjà depuis plus de 35 années.

Le conflit du Sahara dit « occidental », rappelle-t-on, est un conflit imposé au Maroc par l’Algérie qui finance et héberge sur son territoire à Tindouf le mouvement séparatiste du Polisario.

Le Polisario, soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d’un Etat factice au Maghreb, ce qui bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire régionale.

source: Lemag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , ,