Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Drame à Casablanca : Une pharmacienne surendettée tue sa fillette
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Drame à Casablanca : Une pharmacienne surendettée tue sa fillette

Drame à Casablanca : Une pharmacienne surendettée tue sa fillette

Par: le jeudi, juillet 25, 2013

Une mère de famille de 46 ans, résidant à un appartement au quartier Sidi Maaouf à Casablanca, a commis un crime crapuleux en début de cette semaine.5721651-8530672

effet, elle a défenestré sa fille, âgée de 7 ans, après lui avoir ligoté les mains et les pieds et lui avoir bandé les yeux avec un chiffon.

Cette femme, mère de deux autres enfants, est pharmacienne.

Croulant depuis six mois sous les dettes, due par elle à sa banque et à ses fournisseurs de médicaments, un total de 600000 DH, la femme, arrêtée par la police, a expliqué aux enquêteurs, qu’elle a commis cet infanticide, pour enter en prison et échapper ainsi à ses créanciers.

Selon des sources sécuritaires, citées par un pure player arabophone de la place, cette pharmacienne, mère de famille, était en dépression chronique depuis prés de 6 mois, à cause de son surendettement.

Elle a raconté à la police, qu’au matin de son crime, elle a inventé cette macabre solution, pour échapper à ses créanciers, en commettant un acte qui la ferait emprisonner.

«Vers 11 h du matin, elle a été réveiller sa fillette doucement pour ne pas éveiller ses deux autres enfants, docile la fille suivra sa maman dans sa chambre, elle lui a ligoté les mains et les pieds, lui a bandé les yeux et l’a balancé par-dessus la fenêtre, de son appartement, situé au deuxième étage d’un immeuble de Sidi Maarouf» relate les sources policières, rapportant les aveux de la mère tueuse.

La fille s’est écrasée sur le sol, atteinte gravement à la tête, elle rendra l’âme, aux urgences d’un hôpital casablancais où elle a été transportée, alors que la mère, hystérique après son acte, criait jusqu’à ce qu’elle ait été arrêtée par la police.

source:Lemag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,