Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Enseignement: la rentrée scolaire 2015-2016 en chiffres
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Enseignement: la rentrée scolaire 2015-2016 en chiffres

Enseignement: la rentrée scolaire 2015-2016 en chiffres

Par: le mardi, septembre 22, 2015

ecole-marocLa rentrée scolaire 2015/2016 connaîtra une extension de l’offre consacrée à l’enseignement primaire et secondaire, a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de l’Education nationale, Rachid Benmokhtar.
Les prévisions de la carte scolaire indiquent que le nombre des nouveaux élèves a atteint 680.000 sur un total de 6.882.059 élèves, soit un accroissement de 3,9 %, a fait savoir M. Benmokhtar lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation des nouveautés de la rentrée scolaire et des moyens adoptés par le ministère pour traduire les recommandations du Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifiques en programmes et plans d’action à travers les mesures prioritaires.Concernant l’extension de l’offre scolaire, le nombre total des établissements a atteint 10.805 durant l’année 2015/2016, affichant une hausse de 1,5 % par rapport à l’année précédente, tandis que le nombre des salles de cours et internats a enregistré respectivement une évolution de 12,1 % et de 8,5 % pour atteindre 164.741 salles et 832 internats.8.000 nouveaux enseignants recrutés Le ministre a également fait savoir que le nombre des enseignants a avoisiné les 230.000 personnes avec le recrutement de 8.000 nouveaux cadres, et un total de 119 établissements ont été créés, à savoir 46 écoles primaires, 42 collèges et 31 lycées, ajoutant que le nombre des élèves bénéficiaires des programmes de l’éducation non formelle a atteint plus de 69.000 élèves, dont 52.680 nouveaux inscrits.S’agissant de l’égalité des chances d’accès à l’enseignement, il a souligné que le nombre des bénéficiaires de l’initiative royale « 1 million de cartables » s’est élevé à près de 4 millions d’élèves, des cantines scolaires (environ 1,4 millions d’élèves), des internats (environ 150.000 élèves), du programme « Tayssir » (environ 524.000 familles) et du transport scolaire (92.185 élèves).En ce qui concerne l’enseignement post-baccalauréat, le nombre de stagiaires au niveau de la formation professionnelle a atteint 439.000 personnes, soit un taux d’évolution de près de 12 pc, alors que le nombre des étudiants des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) et des étudiants préparant le diplôme de Brevet de technicien supérieur (BTS) s’est élevé, respectivement, à 9.252 et 5.640 étudiants, répartis sur 27 et 33 centres.Insuffisance des ressources humaines et des classes Evoquant le sujet du surpeuplement des classes que connaissent certains établissements scolaires, le ministre a expliqué que ce problème est dû à plusieurs facteurs se rapportant, en particulier, à l’insuffisance des ressources humaines et des classes en raison de la retraite de plusieurs enseignants, ce qui rend difficile de remplir les postes budgétaires à pouvoir, notant que le ministère procèdera dans ce sens à la formation de plusieurs enseignants.Et d’ajouter que le taux important de migration des campagnes vers les villes accentue le degré de surpeuplement des classes au niveau de certaines académies, faisant savoir qu’il sera procédé à la répartition des enseignants en vue de faire face à cette problématique.Pour ce qui est de la question de la déperdition scolaire, M. Benmokhtar a affirmé que le ministère œuvre, dans le cadre des nouvelles mesures adoptées, à augmenter le niveau de l’enseignement au niveau des cinquième et sixième années du cycle primaire pour permettre ainsi aux élèves de poursuivre leur scolarité lors de l’étape préparatoire, laquelle connait le plus grand taux de déperdition.Améliorer la qualité de la scolarisationIl a aussi ajouté que le ministère a relevé le défi de l’amélioration de la qualité de la scolarisation, outre le renforcement du parcours professionnel dans les niveaux secondaire préparatoire en vue de faire face à cette problématique, rappelant que le taux des élèves qui abandonnent l’école à cause de la distance entre leur domicile et l’établissement de l’enseignement ne dépasse pas 11 %, tandis que 32 % affirment « ne pas aimer l’école en raison de la difficulté de compréhension » et 10 % disent ne pas vouloir travailler.Le ministre a, en outre, mis l’accent sur la nécessité de donner à l’enseignant une plus grande liberté et flexibilité au sein de la classe pour s’adapter au niveau des élèves et combler le retard observé, estimant que la problématique de la gestion se représente en particulier dans l’incapacité des écoles à prendre en compte l’environnement économique et social de l’élève.Dans ce sens, il a été procédé à la création d’un centre de recherche en pédagogie afin d’attirer l’élève vers le monde du savoir et améliorer ses capacités mentales, au lieu de le charger sans prendre en considération son niveau d’assimilation.Le ministre a également mis en avant le rôle de l’élève en tant qu’acteur majeur dans la promotion des valeurs au sein de l’établissement, soulignant la nécessité de lutter contre tout comportement non adéquat et de moraliser l’école à travers la mobilisation nationale.

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : ,