Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Erdogan au Maroc : Visite dans une opportunité pour booster les échanges
Actualités du Maroc » Medias » Erdogan au Maroc : Visite dans une opportunité pour booster les échanges

Erdogan au Maroc : Visite dans une opportunité pour booster les échanges

Par: le lundi, juin 3, 2013

La visite de M. Erdogan au Maroc est une opportunité pour booster les échanges économiques maroco-turcs, estime le Pdt Conseil d’affaires Turquie-Maroc

Le président du Conseil d’affaires Turquie-Maroc, au sein du Conseil turc des relations économiques extérieures (DEIK), M. Osman Kocaman, a souligné l’importance de la visite qu’entamera lundi au Maroc le Premier ministre turc, M. Recep Tayyip Erdogan, et qui ne manquera pas, à ses yeux, de « booster les relations économiques maroco-turques, pour les hisser au niveau de l’excellence des relations politiques et diplomatiques qui ont toujours uni les deux pays ».

Les échanges commerciaux entre la Turquie et le Maroc s’élèvent actuellement à environ 1,5 milliard de dollars, « un chiffre qui reste largement en-deçà des potentialités énormes des deux pays », a estimé M. Kocaman dans une interview accordée à la MAP à la veille de la visite du chef du gouvernement turc dans le Royaume.ministre-turkich

« Ce chiffre pourrait doubler, voire tripler facilement eu égard aux atouts économiques des deux pays et aux changements importants qui s’y opèrent sur tous les plans (droits humains, libertés publiques, administration, justice etc », a dit M. Kocaman, qui fera partie de la forte délégation économique, accompagnant M. Erdogan lors de son déplacement au Maroc.

Cette visite permettra aux peuples turc et marocain et aux opérateurs économiques des deux pays de mieux se connaître, ce qui est essentiel pour se lancer dans des partenariats mutuellement bénéfiques, a souligné le président du Conseil d’Affaires Turquie-Maroc de DEIK, une des importantes associations patronales en Turquie.

M. Kocaman, présent au Maroc depuis 2008 à travers deux entreprises de droit marocain, avec des partenaires locaux, actives dans le domaine de la pêche du thon rouge en Méditerranée, a invité les hommes d’affaires turcs à venir investir massivement au Maroc, un pays qui offre « des atouts considérables très recherchés sur le plan des affaires ».

Il a particulièrement mis l’accent, dans ce cadre, sur la stabilité politique et l’évolution que vit le Maroc, dans la continuité et la sérénité, à l’inverse d’autres pays de la région, qui ont été littéralement bouleversés par les changements profonds qui traversent la région suite au printemps arabe.

« Nous sommes présents au Maroc depuis cinq ans, c’est-à-dire avant et durant le printemps arabe et je pense que le pays a su bien gérer cette situation et a anticipé les changements, ce qui lui a garanti la stabilité et la sécurité, deux facteurs essentiels qui comptent beaucoup pour un investisseur étranger », a-t-il souligné, précisant que le Royaume constitue de ce fait « une réelle exception dans la région ».

Le Maroc est un pays très important pour les opérateurs turcs dans la mesure où il dispose d’une position géographique stratégique qui lui permet de jouer le rôle de hub et de tremplin vers les pays africains, notamment de l’Afrique de l’Ouest où le Royaume dispose déjà d’une longue et riche expérience, qui sera certainement bénéfique pour les Turcs dans le cadre d’une coopération triangulaire, a-t-il noté.

La Turquie est un pays émergent qui cherche à se faire une place en Afrique et tirer profit de son fort potentiel de croissance dans le cadre d’une nouvelle stratégie visant à diversifier ses partenaires économiques et trouver de nouveaux débouchés surtout en ces temps de crise qui secoue plus particulièrement l’Europe, principal partenaire aussi bien de la Turquie que du Maroc.

« Le cas de nos entreprises au Maroc est édifiant à ce titre. Nous avons réussi à opérer en Côte d’Ivoire à partir du Maroc ( ). Avec un bateau turc c’était quasiment impossible, mais avec un bateau battant pavillon marocain c’était très facile vu les relations et les accords que le Maroc a avec ce pays d’Afrique de l’Ouest », a dit M. Kocaman.

Le Maroc a constitué pour le groupe de M. Kocaman, spécialisé dans la pêche et l’élevage du thon rouge, une alternative salutaire après la décision de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) de réduire les quotas de pêche. Il y a créé en 2008 une entreprise avec des partenaires marocains qui opère dans les eaux internationales méditerranéennes et livre directement ses prises aux deux fermes d’élevage de thon rouge dont il dispose à Izmir.

Après la réussite de cet investissement, l’homme d’affaires turc s’est lancé cette année dans une autre joint-venture avec des partenaires marocains. Actuellement il dispose de deux thonidés battant pavillon marocain pour un investissement global de plus de cinq millions d’euros. Une fois la saison de pêche du thon rouge terminée, les deux bateaux feront de la pêche pélagique au large de Dakhla pour l’industrie locale, mais également pour les fermes d’élevage du thon d’Izmir, a noté M. Kocaman.

Il a estimé que son cas « constitue un modèle à suivre » pour les investisseurs turcs qui ne seront pas déçus à venir chercher des opportunités d’affaires fructueuses dans un pays qui offre des facilités et des motivations importantes et qui dispose d’un climat d’affaires sain et incitatif.

Par ailleurs, le Conseil d’Affaires Turquie-Maroc offre un cadre idoine pour mieux coordonner les efforts et mobiliser des partenariats gagnant-gagnant entre les opérateurs économiques marocains et turcs aussi bien en termes de commerce que d’investissement.

M. Kocaman a indiqué, dans ce cadre, que les deux bureaux, turc et marocain du Conseil, sont déterminés à contribuer efficacement au renforcement des relations économiques entre les deux pays, notant qu’une délégation d’homme d’affaires turcs se rendra au Maroc en automne prochain pour prospecter le marché marocain et nouer des contacts d’affaires avec les entrepreneurs marocains.

Cette visite sera suivie par une mission économique marocaine qui se déplacera en Turquie pour chercher des partenariats d’affaires dans des secteurs comme le tourisme, l’automobile, l’agro-industrie et les biens d’équipement, a-t-il ajouté.

Le bureau turc du Conseil d’Affaires Turquie-Maroc de DEIK a été reçu jeudi dernier par l’ambassadeur du Maroc à Ankara, M. Mohamed Lotfi Aoued, pour une séance de travail qui a porté essentiellement sur les opportunités d’affaires au Maroc, ainsi que sur les problèmes techniques que rencontrent certains investisseurs turcs au Maroc.

M. Kocaman a cité, dans ce cadre, le problème de la sécurité sociale des ouvriers turcs au Maroc et l’absence de relations directes entre les banques marocaines et turques, ce qui ne facilite pas la promotion des relations économiques entre les deux pays.

Un grand espoir est donc fondé sur la visite du chef du gouvernement turc au Maroc pour insuffler une nouvelle dynamique aux relations maroco-turques et le Conseil d’Affaires compte mettre à profit les résultats de cette visite pour aller de l’avant sur la voie du renforcement des relations de coopération économique entre les deux pays.

source: Menara

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,