Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
France : Une inversion de médicaments ,enquête a été ouverte
Actualités du Maroc » Economie » France : Une inversion de médicaments ,enquête a été ouverte

France : Une inversion de médicaments ,enquête a été ouverte

Par: le mardi, juin 11, 2013

Paris – Des inspecteurs de l’Agencenationale de sécurité du médicament (ANSM) se sont rendus lundidans l’usine de conditionnement des laboratoires Teva, à Sens(Yonne), pour tenter de comprendre comment des pilules desomnifère ont pu être mélangées à des diurétiques dans plusieurslots écoulés en France depuis mars.

Deux lots suspects du diurétique Furosémide Teva 40 mg, de95.000 boîtes chacun, ont été retirés de la vente vendredidernier après l’alerte d’une patiente qui disait souffrir d’unesomnolence inhabituelle.

Il apparaît qu’après « un problème de conditionnement »,certains comprimés de ce diurétique ont pu être remplacés pardes comprimés d’un somnifère, le Zopiclone Teva 7,5 mg, appeléégalement Imovane. Les lots incriminés sont les Y175 et Y176,dont la date de péremption est ao t 2015. pilule-france

Une enquête a été ouverte à Marseille après la mort suspectesamedi d’un homme de 92 ans chez lequel les policiers ontretrouvé des boîtes entamées de Furosémide. L’homme auraitsuccombé à un oedème pulmonaire, qui pourrait être consécutif àl’arrêt du traitement par Furosémide. Une autopsie devait êtrepratiquée lundi sur le défunt.

Alerté par le décès de Marseille, un retraité de Compiègne adéposé un dossier auprès des laboratoires Teva, leadermondial des médicaments génériques basé en Israël, à la suite dudécès de sa mère de 101 ans, à la mi-mai, qui était traitée auFurosémide, rapporte France 3 Picardie.

Teva France a fait savoir qu’il se renseignait sur laprovenance des comprimés délivrés à la patiente.

Les deux lots suspects de Furosémide ont été mis en vente enFrance début mars et début mai 2013.

Le président de Teva Laboratoires France, Erick Roche,estime que le problème, qualifié d' »exceptionnel » par lesautorités médicales, ne concerne que quelques centaines deboîtes. Teva déclare n’exclure aucune piste, car les deuxmédicaments « ont été conditionnés sur des lignes différentes età plusieurs semaines d’intervalle ».

L’inspection de l’ANSM devrait contribuer à décelerl’origine de l’inversion. « Quatre inspecteurs sont sur place àSens, l’inspection pourrait durer plusieurs jours », a-t-onindiqué à l’agence.

Au nombre des pistes envisagées, un acte de malveillanceapparaît « plausible », a déclaré lundi François Chast, chef duservice de pharmacie clinique à l’hôpital Cochin-Hôtel Dieu, àParis.

« Je ne suis pas juge d’instruction, mais on sait que lemédicament qui fait dormir et l’antihypertenseur n’ont pas étépréparés sur les chaînes de production de Teva d’une manièrechronologiquement compatible avec une interversion de lot »,a-t-il expliqué sur Europe 1.

« Une instruction est en cours à Marseille pour évaluer lesraisons du décès. Il est vraisemblable que ce patient a pris unmédicament qui l’a fait dormir alors qu’il pensait prendrequelque chose contre son insuffisance cardiaque. Il estvraisemblable que la précarité de son état de santé amalheureusement été fatale à ce patient », a-t-il ajouté.

source: Lemag
Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,