Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
G20 : accord sur les ressources du FMI, pas d’appel à plus de relance
Actualités du Maroc » Politique » G20 : accord sur les ressources du FMI, pas d’appel à plus de relance

G20 : accord sur les ressources du FMI, pas d’appel à plus de relance

Par: le samedi, mars 14, 2009

Les ministres des Finances et banquiers centraux du G20, réunis samedi à Horsham au Royaume-Uni, se sont mis d’accord pour une augmentation « significative » des ressources du Fonds monétaire international (FMI), a indiqué une source européenne.

Par ailleurs, le communiqué qui doit être publié dans l’après-midi à l’issue de leur réunion ne devrait pas contenir d’appel explicite aux pays à faire plus en terme de relance, mais simplement à surveiller la mise en place et l’efficacité des mesures nationales déjà prises, a-t-on appris de même source.

« Il y a un accord pour dire que plusieurs choses doivent avancer en parallèle, les plans de relance et le monitoring en temps réel de leurs effets, le traitement du secteur financier, la régulation et la réforme des institutions financières », a indiqué la source, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, à des journalistes.

« Le communiqué insistera surtout sur ce qui a été fait en matière budgétaire et monétaire, et sur la nécessité de s’assurer que ces plans sont mis en oeuvre, et ensuite on jugera s’il faut faire plus, mais (il n’y aura) pas d’appel à faire plus aujourd’hui », a-t-elle poursuivi.

Concernant le FMI, qui réclame plus de marges de manoeuvre pour aider les pays les plus en difficulté à surmonter la crise, « le G20 est prêt à augmenter les ressources du Fonds de manière significative », mais le communiqué ne devrait pas fixer d’objectif précis.

L’Europe voudrait porter les ressources du FMI, de 250 milliards de dollars actuellement, à quelque 500 milliards, tandis que les Américains plaideraient pour 750 milliards.

Par ailleurs, selon la même source, les grands argentiers n’ont pas encore trouvé de terrain d’entente sur la question des paradis fiscaux, un sujet brûlant sur lequel certains pays émergents importants auraient exprimé des « réticences » : « c’est très compliqué, tout le monde n’est pas prêt », a-t-elle résumé.

Le principal obstacle proviendrait de la Chine, qui semble soucieuse de défendre les intérêts des places financières de Hong Kong et de Macao, considérées comme faisant partie des « juridictions non coopératives » en matière fiscale.

Enfin, les pays du G20 seraient d’accord pour obliger les agences de notation financière à s’enregister auprès des autorités de supervision de chaque pays, afin que leurs activités soient plus contrôlées.

© 2009 AFP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , , , , ,