Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Intempéries:Les aléas climatiques font des victimes
Actualités du Maroc » Culture, Economie, Medias, Santé, Sciences, Société, Sport » Intempéries:Les aléas climatiques font des victimes

Intempéries:Les aléas climatiques font des victimes

Par: le vendredi, février 6, 2009

Le bilan provisoire des victimes des éboulements de terrain et des effondrements des maisons provoqués par les dernières fortes intempéries, les vents violents et l’intensité des neiges, a atteint une douzaine de personnes. De même que de grandes surfaces ont été submergées par les eaux diluviennes, notamment dans la plaine du Gharb.

Le bilan provisoire des victimes des éboulements de terrain et des effondrements des maisons provoqués par les dernières fortes intempéries, les vents violents et l’intensité des neiges, a atteint une douzaine de personnes. De même que de grandes surfaces ont été submergées par les eaux diluviennes, notamment dans la plaine du Gharb.
Comme annoncé dans une récente édition (www.lematin.ma), plusieurs régions allaient être touchées par les perturbations climatiques, et se poursuivront jusqu’à samedi. Heureusement, que l’alerte qui a été annoncée dans plusieurs régions a évité le pire. Car, ces régions ont été évacuées quelque peu à l’avance. Soit avant que les eaux diluviennes ne les submergent. Toutefois, certaines zones ont été, quand même touchées. Les précipitations exceptionnelles enregistrées durant les dernières 48 heures dans la région du Gharb, par exemple « ont provoqué le débordement de Oued Beht à Sidi Slimane.

Les inondations ont affecté une surface de plus de 6000 hectares », a indiqué hier un communiqué du ministère de l’Intérieur. Ces inondations ont touché quelque 1900 maisons dont 300 construites en pisé et qui se sont effondrées totalement ou partiellement, rapporte une dépêche de l’agence MAP.

Le dernier bilan de la situation dans la région relève également que quatre écoles et un dispensaire ont été atteints. Heureusement, précise le communiqué de l’Intérieur, il n’y a aucune perte humaine à déplorer dans cette zone.Ces inondations ont été provoquées par le débordement d’Oued Beht, suite au remplissage du barrage El Kansra qui a atteint un taux de plus de 114 % générant des déversés avec un débit dépassant les 300 m3 par seconde à l’aval. Evidemment, ces eaux sont récupérées par Oued Beht qui traverse la plaine du Gharb, particulièrement la ville de Sidi Slimane et les zones rurales avoisinantes. D’où la situation désastreuse dans laquelle se trouve la région aujourd’hui et sa population.

Selon un responsable de l’ORMVAG (Office régional de la mise en valeur agricole) de Kénitra, Abdelaziz Bousraref , ces fortes précipitations ont submergé plus de 56.000 hectares. Les cultures, surtout de blé, de fourrage et des légumes semées ont été endommagées. Les agriculteurs portent leurs espoirs sur les cultures de printemps, souligne Bousraref.

Devant cette situation, les autorités locales, qui agissent dans le cadre du « comité de veille et de coordination » – qui a été réactivé samedi dernier – sont mobilisées. Elles ont installé leur QG à Sidi Slimane pour suivre, de près, l’évolution des choses et pour prendre toutes les mesures appropriées en coordination avec le « Comité Central de Veille » du ministère de l’Intérieur.
Elles ont déployé un dispositif important d’intervention pour venir en aide aux populations sinistrées. Jusqu’à hier, plus de 400 tentes et 4000 couvertures ont été mises à la disposition des concernés. Dans le même cadre, les moyens d’intervention : ambulances, camions de ravitaillement et d’eau potable, embarcations rigides et pneumatiques en motopompes pour l’évacuation des eaux, groupes électrogènes de la Protection civile… ont été renforcés. Outre ces mesures, les équipes d’intervention ont été renforcées par le déploiement d’un important effectif des Forces Auxiliaires.

Or, si dans la plaine du Gharb, ce sont les pluies diluviennes qui sont la cause du drame, dans d’autres régions les gens souffrent du froid et des effets de la neige. C’est le cas dans les montagnes du Haut et moyen Atlas et dans les Rif, notamment dans les zones qui dépassent plus de mille mètres d’altitude.
A titre d’exemple, la population du petit patelin de Ait Abdi (dans la région d’Azilal) vit dans une situation pas du tout enviable. Cette commune connaît en cette période des chutes de neige exceptionnelles. Six personnes d’une même famille de ce village ont été tuées, avant-hier, dans l’effondrement du toit de leur maison. Quatre filles et deux garçons ont été tués, alors que leur mère a été blessée. Leur habitation s’est écroulée parce qu’elle n’a pas pu résister au poids de la neige.
Rappelant qu’un précédent bilan avait fait état de huit morts dans des effondrements de maisons causés par les dernières précipitations. Il s’agit de l’effondrement d’une maison, le mardi dernier, qui avait fait quatre morts et quatre blessés près d’Al Hoceïma.

A Marrakech, deux hommes ont été tués et une troisième personne a été grièvement blessée, le même jour, suite à l’écroulement de leur habitation. D’autre part, le même mardi, deux personnes, d’une même famille, sont mortes à cause de la destruction du toit de leur maison, dans le village de Arkoumi près de Taroudant.
A noter que depuis l’annonce, par les services de la météorologie nationale, des perturbations climatiques touchant une grande partie du Royaume, le comité central de veille ainsi que les comités locaux ont été activés. Certes que des mesures sont prises pour protéger les populations et atténuer les effets des intempéries. Mais la vigilance doit rester de mise. Car, le temps « perturbé et instable » continuera de prévaloir sur le Maroc jusqu’à samedi prochain avec des « vents modérés à forts pouvant atteindre 70 kilomètres par heure » sur les plaines atlantiques, accompagnés de pluies importantes sur le Souss et le Tangérois, met en garde la direction de météorologie nationale. Alors, soyez vigilants.
Par Brahim mokhliss | LE MATIN

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , , , , , ,