Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Interview sur la régression du crédit FOGARIM au Maroc
Actualités du Maroc » Economie » Interview sur la régression du crédit FOGARIM au Maroc

Interview sur la régression du crédit FOGARIM au Maroc

Par: le lundi, septembre 7, 2009

Interview de M. Abderrazak Wali-Allah, Directeur Général Adjoint du Groupe Addoha

Les crédits FOGARIM ont connu une baisse durant le mois de Juin dernier. Cela indique quoi à votre avis?

immobilier ddohaEffectivement, les données émises par le dernier rapport du ministère de l’habitat confirment la régression des crédits immobiliers connus sous le nom de FOGARIM. Cependant, et toujours au niveau du même rapport, on remarque une forte croissance dans des domaines liés à l’immobilier, comme la consommation du ciment (passée de 7,48 million de tonnes en 2008 à 7,53 million de tonnes au premier semestre de cette année), les crédits immobiliers (dont le total est passé de 132 milliard à 161 milliard, soit 21% de croissance) etc … Ainsi la légère régression du FOGARIM n’a aucune influence significative sur le marché. Les données du rapports émis récemment témoignent que le secteur immobilier est en bonne santé et peut être considéré comme un excellent vecteur économique et social pour notre pays.

Comment expliquez vous la régression du FOGARIM?

La régression du FOGARIM a des explications logiques et objectives. Comme vous le savez, la formule du logement économique (ou social) avait pour but de proposer des habitats à moins de 200.000 DH, soit, un logement pour les personnes à revenus limités. Le lancement du projet des 200.000 logement a connu un succès indéniable. Ce projet c’est caractérisé par un grand volume de production à cadence rapide, ce qui a profité aux promoteurs immobiliers et aux citoyens à tel point que l’État a décidé d’étendre ce type d’habitat aux personnes qui ne peuvent pas justifier leurs revenus. C’est dans ce cadre que le crédit FOGARIM a été créé et s’est lié au logement social.

La dernière réforme introduite par la loi de finance pour l’année 208 a marqué un retour sur certaines exonérations ce qui s’est traduit par une baisse du volume de production du logement social.

Source : Groupe ADDOHA

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , ,