Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
La Mauritanie se dote d’un tribunal spécialisé en crimes d’esclavage
Actualités du Maroc » Actualités du Monde » La Mauritanie se dote d’un tribunal spécialisé en crimes d’esclavage

La Mauritanie se dote d’un tribunal spécialisé en crimes d’esclavage

Par: le mardi, décembre 31, 2013

Les autorités mauritaniennes ont décidé hier lundi, de se munir d’un nouveau tribunal, qui sera dédié au traitement des crimes d’esclavage.

6182779-9238542
Ainsi, le conseil de la Magistrature mauritanien, a adopté hier, un projet de loi portant création d’une cour spéciale pour crimes d’esclavage.

La Mauritanie est un pays où la pratique d’esclavage est culture, et résiste à tous les appels à réformes.

Sous pression étrangère, l’esclavage a été officiellement aboli dans le pays en 1981, or son décret d’application n’a pas alors été voté pour des raisons d’équilibre politique.

Entre 10 et 20 % de la population totale serait en esclavage.

Il concerne les descendants des Noirs asservis il y a des générations qui sont appelés aujourd’hui ‘Maures noirs‘ ou ‘Haratines’ et travaillent en partie encore comme esclaves pour les ‘Maures blancs’ ou Bidhans.

À côté des Haratines et des Bidhans, une autre communauté noire autochtone, composée de Peuls, Soninkés et Wolofs peuple la Mauritanie.

On ne connait pas exactement le nombre des esclaves dans ce pays, mais on estime qu’ils sont des centaines de milliers.

L’expert de l’esclavage moderne Kevin Bales estime que la proportion d’esclaves dans la population totale est la plus haute du monde, malgré que le gouvernement mauritanien nie l’existence de l’esclavage dans le pays.

Il y a des organisations en Mauritanie comme El Hor, SOS Esclaves et IRA Mauritanie qui luttent contre l’esclavage.

Le 8 août 2007, le parlement du pays a adopté une loi criminalisant l’esclavage, puni de dix ans d’emprisonnement.

Il a fallut attendre 7 ans pour que les tribunaux qui appliqueraient cette peines soient crées.

Source:LEMag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , ,