Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
L’administration pénitentiaire dément des informations parues dans la presse locale
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » L’administration pénitentiaire dément des informations parues dans la presse locale

L’administration pénitentiaire dément des informations parues dans la presse locale

Par: le vendredi, mars 14, 2014

La Délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion a démenti les informations rapportées par le quotidien Assabah dans un article publié dans son numéro du 8-9 mars dernier sur l’existence de prétendus dossiers entachés de dysfonctionnements, particulièrement ceux relatifs à la construction de nouvelles prisons, qualifiant ces informations de « mensongères, erronées »et « aux antipodes du tout travail journalistique sérieux ».

6412490-9674471

Dans une mise au point, dont copie est parvenue jeudi à la MAP, la Délégation de l’Administration pénitentiaire a souligné que ses services n’ont relevé jusqu’à aujourd’hui aucun dysfonctionnement de ce genre, étant donné que l’ensemble des projets sont soumis à un audit après la fin des travaux dont ils font objet, et ce dans le cadre de la mise en œuvre des principes de la bonne gouvernance, précisant que toute évocation de l’existence de dysfonctionnements à l’heure actuelle n’est qu’une simple tentative visant à perturber la progression de la réalisation de ces projets, et une forme de facétie, aux antipodes du tout travail journalistique sérieux.

La mise au point a également récusé les informations contenues dans ledit article, selon lesquelles l’ancien Délégué général avait imposé aux ingénieurs qui ont construit les nouvelles prisons trois plans-modèles (G1, G2,G3) même s’ils ne respectent pas un ensemble de normes à suivre dans la construction de ce genre d’établissements, ce qui a été rejeté par certains de ces ingénieurs, affirmant que la vérité est que les plans précités constituent une référence et qu’aucune objection n’a été faite à leur sujet aussi bien de la part des ingénieurs chargés du suivi des projets, des bureaux d’études sous contrat que de la part des autres partenaires dans l’opération de construction, sachant que ces plans-modèles ont été réalisés par un groupe composé de 15 architectes et d’autres ingénieurs sous la supervision directe de la Délégation générale.

Ce groupe d’ingénieurs, a-t-elle ajouté, est celui qui est chargé aujourd’hui du suivi de la réalisation des projets de construction des nouvelles prisons mentionnées ci-dessus.

La mise au point souligne aussi que la Délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion a adopté et validé les plans-modèles des établissements pénitentiaires et accompagné les différentes étapes de leur élaboration après s’être assurée de leur respect des normes en vigueur sur le plan international et avoir pris en considération les aspects inhérents au respect des principes des droits de l’Homme aussi bien au niveau de la superficie réservée à chaque détenu que du nombre de prisonniers dans chaque établissement pénitentiaire.

La même source souligne aussi que lesdits plans de référence se répartissent entre ceux des prisons de la catégorie « G1 », qui sont des prisons centrales, et ceux de la catégorie « G2 », qui sont des prisons dont la capacité ne dépasse pas 1.400 détenus. La construction de ces établissements pénitentiaires, indique-t-on, a tenu compte de la rationalisation du coût de réalisation, et tous ces établissements, sans exception aucune, sont dotés d’espaces dédiés à la formation, à l’éducation et à la lutte contre l’analphabétisme, ainsi qu’aux activités culturelles et sportives.

Ils abritent également des espaces pour l’alimentation et garantissent toutes les conditions sanitaires (aération, éclairage naturel des cellules et qualité de construction), ce qui est également applicable dans les prisons de la catégorie « G3 », en cours de réalisation dans certaines villes abritant des tribunaux de première instance, et qui seront réservés à la détention préventive, conformément à la carte judiciaire du Royaume.

La Délégation générale a également rejeté les « allégations » concernant « la construction de prisons dans des zones chaudes ou froides de la même manière que pour des prisons dans les régions tempérées, ce qui pourrait être inhumain pour les détenus et confirmera, en conséquence, que les établissements pénitentiaires continuent de jouer un rôle punitif et vindicatif, loin du rôle de réinsertion », affirmant que les prisons construites dans chaque région seront destinées à accueillir les détenus issus de ces mêmes régions, « par indulgence envers leurs familles pour leur épargner le temps et le déplacement vers des zones éloignées ».

La Délégation générale a ajouté que ces établissements seront dotés de « ventilateurs pour faire face à la température élevée », soulignant qu’elle oeuvrera pour améliorer les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires, malgré la faiblesse des ressources financières qui leur sont allouées.

Elle a en outre fait savoir que les différents rapports réalisés par les commissions régionales de surveillance des prisons et les instances judiciaires compétentes ont reconnu ces données, de même que les observateurs de l’ONU qui ont visité le Royaume et constaté à leur tour les progrès réalisés en matière de respect des droits de l’Homme.

S’agissant des « allégations » contenues dans l’article selon lesquelles des proches des responsables de la Délégation générale auraient été recrutés au sein de cette même Délégation ou sur d’éventuels dysfonctionnements de recrutement en son sein, la mise au point a souligné que ces informations sont dénuées de tout fondement car tous les recrutements s’effectuent conformément aux procédures définies par la loi, dans le cadre du respect du principe de séparation des fonctions.

Elle a, par ailleurs, soutenu que tout ce qui a été soulevé sur ce sujet « vise à induire en erreur l’opinion publique » et constitue de « simples allégations tendant à nuire à la réputation du personnel qui veille à la réalisation des projets mentionnés et à la garantie de la sécurité des détenus avec efficacité et compétence.

Source:LEmag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,