Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Le Maroc en mille et une nuits à Shanghai
Actualités du Maroc » Economie » Le Maroc en mille et une nuits à Shanghai

Le Maroc en mille et une nuits à Shanghai

Par: le dimanche, octobre 3, 2010

Le Maroc en mille et une nuits à ShanghaiBénéficiant d’un emplacement privilégié au bord du fleuve Huangpu qui sépare les deux parties de Shanghai et quelques mètres du pavillon chinois, le pavillon marocain – un palais de mille et une nuit, selon les médias chinois – draine des flux de visiteurs venus découvrir les diverses facettes de la culture marocaine.

L’architecture imposante du palais entouré par un paysage verdoyant et des fontaines a un effet de magie sur le visiteur de l’exposition universelle de Shanghai 2010, qui se poursuit jusqu’au 31 octobre.

Le visiteur emprunte la voie du pavillon pour apprécier de près le palais et ses magnifiques façades. Il s’approche encore plus pour découvrir le jardin à l’andalouse: une oasis de palmiers et de fraîcheur. Il s’arrête devant les fontaines et les bassins où l’eau éclate et retombe en pluie et le son de sa mélodie est un chant dont l’oreille ne se lasse jamais.

L’entrée du pavillon, dans le jardin andalou, se distingue par un porche monumental qui donne sur un Setouane (sas) ouvrant sur un Ryad.

Le Ryad à colonnades, complètement ouvert, permet à l’hôte du pavillon d’apprécier l’architecture traditionnelle dans toute sa splendeur et sa diversité, ainsi que le travail, le génie et le savoir-faire des artisans marocains (maalems) dans les divers métiers: zellige, marbre, gebs, bois sculpté…etc.

Cet espace dégagé se prête à une exposition d’objets du patrimoine qui vient compléter et enrichir le cadre traditionnel du lieu.

Outre les objets d’art du patrimoine, le visiteur peut apprécier un panorama de l’histoire du Maroc pour situer les objets dans leur contexte historique et leur donner vie. L’accent est notamment mis sur le voyage du XVème siècle d’Ibn Batouta et la route de la soie.

Les points communs entre les cultures marocaine et chinoise occupent un espace important dans ce décor: les brocarts, les soieries, les velours, les costumes, les bijoux, le tapis, la musique, le thé, la poterie, la céramique, les tuiles, la calligraphie, les manuscrits, le cheval, la sellerie, l’armurerie…etc.

Le contenu est présenté à travers des supports et des technologies modernes (vitrines, écrans géants, projections murales, simulations…).

La médina, un mode de vie harmonieux

Empruntant des escaliers conçus spécifiquement pour assurer la fluidité de la circulation, le visiteur se retrouve au premier étage à la façade occulte sur le Ryad. Cet étage est enveloppé dans une obscurité qui contribue à la réussite de l’immersion dans la vie de la médina.

A travers une mise en scène et un décor scénographique, le pavillon simule le passage dans la médina des cités anciennes. Le visiteur se trouve ainsi immergé entre virtuel et réalité grâce à la mise en place d’échoppes dans un dédale de ruelles et une ordonnance de surfaces colorées, zébrées, rythmées par la lumière.

Des projections vidéographiques de mâalems au travail donnent vie aux ateliers immortalisant toute la dextérité et la gestuelle ancestrale transmise de père en fils perpétuant des traditions millénaires.

La reconstitution de la médina, centre névralgique de la cité avec ses médersas, hôpitaux, demeures, mosquées et marchés, permet d’avoir un aperçu sur l’organisation spatiale, économique et sociale de la cité.

Apprécier, voir, toucher, sentir, entendre, discerner, tous les sens sont sollicités grâce à des éléments palpables et à des artifices scénographiques.

Source : MAP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , ,