Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Le Maroc intègre la dimension climatique dans ses stratégies de développement
Actualités du Maroc » Economie » Le Maroc intègre la dimension climatique dans ses stratégies de développement

Le Maroc intègre la dimension climatique dans ses stratégies de développement

Par: le samedi, octobre 16, 2010

Le Maroc intègre la dimension climatique dans ses stratégies de développement Le Maroc reconnaît désormais la nécessité d’intégrer la dimension climatique dans ses stratégies de développement socio-économiques et de poursuivre les efforts d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre.

La préservation de l’environnement, la gestion intégrée du risque climat et la croissance verte s’inscrivent parmi les priorités nationales du Royaume, notamment à travers la mise en place des stratégies nationales intégrées, des plans sectoriels ainsi que des programmes majeurs.

Dans ce cadre, le Royaume s’engage à multiplier des actions et des stratégies visant à mieux comprendre le phénomène du changement climatique et ses impacts.

En matière de stratégies, le Maroc a déjà adopté son Plan National contre le réchauffement climatique (PNRC, 2009) dont la mise en Âœuvre est soutenue par un processus continu de pilotage qui implique tous les secteurs concernés.

Ce plan met l’accent sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre à travers le développement et la diversification des sources d’énergies propres et la mise en place de mesures d’adaptation, qui reposent principalement sur la stratégie de l’eau lancée en 2009 et le Plan Maroc vert pour l’agriculture (2009).

La question climatique a également été intégrée dans certains secteurs clés (transport, habitat) et plusieurs projets de lois ont été déjà élaborés.

Pour assurer cette intégration, le Maroc s’appuie sur des outils performants de prévision et de recherche météorologiques développés.

Dans ce cadre, il Âœuvre en concertation avec des institutions internationales spécialisées, dont l’Organisation météorologique mondiale, l’Organisation européenne pour l´exploitation de satellites météorologiques et le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme.

En outre, le suivi des stratégies d’atténuation et d’adaptation au changement climatique fait désormais partie du programme d’évaluation des processus au niveau national.

 »Le Maroc a lancé un processus participatif de préparation d’une charte nationale de l’environnement et du développement durable qui marque la volonté de faire de la gestion de l’environnement et du développement durable une priorité politique à tous les niveaux », releve un rapport de la Commission économique pour l ‘Afrique (CEA).

 »La communication nationale sur les changements climatiques exprime clairement la détermination du Maroc à participer aux efforts internationaux de lutte contre les effets nefastes du changement climatique et constitue une opportunité pour sensibiliser les bailleurs de fonds sur les projets initiés en matière d’atténuation et d’adaptation aux impacts potentiels des changements climatiques « , a déclaré à la MAP M. Abdelrhani Boucham, du Département de l’Environnement au ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’ Environnement.

Selon la CEA , le Maroc figure aussi parmi les premiers pays africains à s’être engagé en faveur d’une « économie verte », riche et performante au niveau énergétique.

Face à la crise économique et financière, les engagements du Maroc se sont renforcés en faveur du passage à une « économie verte » qui ouvrirait de nouvelles perspectives notamment en matière de croissance durable, d’emploi et de développement des compétences, indique un document distribué en marge des travaux du 7è Forum africain pour le développement (ADF VII) qui se tient actuellement à Addis-Abeba.

Ce nouveau modèle de croissance verte qui répond à l’urgence climatique, est aussi une opportunité pour sortir de la crise économique actuelle, explique la même source, notant que l’économie verte adoptée par le Maroc est un système économique qui internalise le coût de la dégradation des écosystèmes constituant la base du développement économique et social.

Par ailleurs, le débat mondial sur le changement climatique ne se limite plus à une question d’ordre environnemental mais s’inscrit désormais dans une vision plus large, qui lie étroitement les objectifs environnementaux aux objectifs de développement économique et social.

Source : MAP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,