Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Le recours aux TIC, un barème effectif du degré de modernisation des administrations
Actualités du Maroc » Medias » Le recours aux TIC, un barème effectif du degré de modernisation des administrations

Le recours aux TIC, un barème effectif du degré de modernisation des administrations

Par: le jeudi, avril 23, 2009

Le recours aux technologies de l’information et de la communication (TIC) se veut actuellement un barème effectif du degré de réforme et de modernisation des gouvernements et des administrations de par le monde, a affirmé mercredi à Marrakech, le ministre de l’Economie et des Finances, M. Salaheddine Mezouar.

Le recours aux technologies de l’information et de la communication (TIC) se veut actuellement un barème effectif du degré de réforme et de modernisation des gouvernements et des administrations de par le monde, a affirmé mercredi à Marrakech, le ministre de l’Economie et des Finances, M. Salaheddine Mezouar.

L’ère actuelle exige qu’on dispose de mécanismes permettant une exploitation rapide et efficiente des informations, notamment dans le domaine des transactions commerciales, fondement du développement économique et social, a ajouté le ministre à l’ouverture de la 8ème conférence-exposition de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) (22/24 avril), tenue sur le thème « guichet unique : des avantages pour les opérateurs ».

L’amélioration du rendement de l’administration est devenu l’un des enjeux majeurs imposés par la gouvernance électronique dans les différents secteurs d’activité notamment, ceux en rapport avec le commerce extérieur a estimé M. Mezouar, passant en revue certains avantages des TIC notamment la facilitation des transactions commerciales et l’établissement d’une communication entre les différents intervenants dans la chaîne logistique d’approvisionnement.
Il a rappelé également que le Maroc a intégré la question du développement du secteur informatique parmi ses priorités et ce, à travers l’élaboration d’une stratégie ambitieuse basée sur la mise en place des fondements juridiques et organisationnels pour la réalisation des objectifs escomptés.

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, M Ahmed Réda Chami, a souligné que le Maroc, traditionnellement une économie de marché libéral, jouit d’une position géographique de premier choix, faisant de lui un pont entre différentes religions et cultures et une plate-forme d’échanges incontournable dans la ceinture de sous-traitance européenne.

Le Royaume, a-t-il poursuivi, est reconnu comme l’un des pays les plus avancés de la région sud-méditerranéenne par rapport à ses choix d’ouverture économique qui se sont traduit très tô-t par une accélération des libéralisations et des privatisations, par la modernisation générale de l’Etat et de l’économie, et enfin par la signature d’accords de libre-échange et de démantèlement des droits de douanes favorisant l’installation d’investisseurs.

M. Chami a fait savoir, dans ce sens, que l’ouverture économique, conjuguée aux ambitions de développement du Royaume, impliquent un enjeu majeur d’intégration aux réseaux mondiaux des transactions commerciales et de logistiques, notant que cette intégration passe impérativement par un guichet électronique unique s’appuyant sur un système d’échange électronique des documents de commerce pour tous les régimes douaniers, les ports et le commerce transfrontaliers.

Le ministre a salué également l’administration des douanes et des impô-ts indirects pour avoir mené à terme et avec brio le projet de dématérialisation des transactions douanières prenant en charge près de 3.500 déclarants et 1.500 agents douaniers. Une réalisation, qui a-t-il dit, suivant les normes et les standards de l’industrie du web et de la sécurité informatique, contribuera à une intégration aisée aux autres plate formes d’échange d’informations.

Le secrétaire général de l’OMD, M. Kunio Mikuriya a tenu à préciser que cette conférence qui connaît la participation de directeurs généraux des douanes de différents pays et de responsables de nombre d’institutions financières et du commerce mondial, se veut un espace de rencontre et de concertation, d’échange d’expériences et d’expertises notamment celles fondées sur les TIC.

Le secrétaire général du ministère du Commerce Extérieur, M. Aid El Mahssoussi a, quant à lui, mis en lumière l’importance du guichet unique en tant que moyen technique de renforcement de la transparence et de facilitation des transactions commerciales internationales.

Il a souligné dans ce sens que le Royaume a élaboré un projet de mise en place d’une base électronique d’échange d’informations, sous forme d' »un guichet unique virtuel » pour la mise en application des procédures relatives au commerce extérieur, épargnant aux opérateurs économiques la lenteur et le grand nombre de mesures.

M. Abdellatif Zaghnoun, directeur général de l’Administration des Douanes et des Impô-ts Indirects et également vice-président de l’OMD, a indiqué que les grands chantiers ouverts au niveau de cette organisation et les mécanismes qui y sont adoptés, ne peuvent être concrétisés que grâce aux techniques informatiques, notant que la modernisation de l’administration des douanes et le renforcement de ses capacités afin de relever les défis du 21ème siècle, demeurent tributaires du recours à ces techniques dans les différents domaines en rapport avec la douane.

Conscient de la nécessité d’être au diapason des grands changements technologiques que connaît le monde actuellement, le Royaume s’est inscrit pleinement dans le processus d’intégration des TIC dans les secteurs public et privé et ce, dans la cadre de la politique adoptée dans le domaine de la gouvernance électronique, a-t-il expliqué.

MAP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,