Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Le Salon international d’agriculture à Meknès
Actualités du Maroc » Economie » Le Salon international d’agriculture à Meknès

Le Salon international d’agriculture à Meknès

Par: le mercredi, avril 22, 2009

Meknès – Au delà des objectifs visant la promotion du secteur agricole dans le cadre du « Plan Maroc Vert », la 4ème édition du Salon international d’agriculture du Maroc (SIAM) (22-27 avril) vient encore une fois conforter Meknès dans son rôle de capitale de l’agriculture du royaume.
 Le Salon international d'agriculture à Meknès SIAM

Et ce ne sont pas les moyens qui lui manquent. La région Meknès-Tafilalet recèle suffisamment de ressources pour jouer pleinement ce rôle. Connue et référencée en tant que « château d’eau du Maroc » et terre forestière, pastorale et agricole par excellence, la région de Meknès-Tafilalet, qui a su faire du produit du terroir un créneau porteur et une filière en perpétuelle évolution, aspire aussi à placer cette manifestation agricole en catalyseur de sa croissance et clé de voûte de son développement.

Prévu au lendemain des Assises agricoles, qui vont avoir lieu le 21 avril, le 4ème SIAM, qui se tient cette année après des mois de précipitations ayant atteint un niveau sans précédent, sera sans doute marqué par les retombées positives de la mise en oeuvre du « Plan Maroc Vert  » et la professionnalisation des 16 régions avec leurs plans verts régionaux, pour desquels des conventions de partenariat viennent d’être signées engageant les pouvoirs publics et les élus à conjuguer leurs efforts pour la mise en œuvre, à l’horizon 2020, de ces feuilles de route régionales.

L’environnement et l’eau ne sont pas en reste. Des conventions de partenariat entre ces régions et les départements ministériels concernés viennent aussi d’être signées dans le but de mobiliser leurs moyens pour réaliser des projets intégrés et déterminer les mesures à prendre en matière de rationalisation et de développement des ressources hydriques sur la base des principes de développement durable.

L’ADA, nouveau né du Plan Maroc vert

Le SIAM va se tenir aussi dans une conjoncture marquée par nombre de réalisations de ce grand chantier qu’est le « Plan Maroc Vert », parmi lesquelles il convient de citer la création de l’Agence de développement agricole (ADA) et de l’Office national de sécurité des aliments, la restructuration du ministère de l’Agriculture, la révision des attributions des chambres d’agriculture et la conclusion de contrats-programmes pour la mise à niveau de certaines filières de production.

Au niveau organisationnel, rien n’a été laissé au hasard par le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime et l’Association du SIAM pour la réussite de la manifestation.

Erigé à la place du site historique de « Sahrij Souani », au jardin « Jnane Benhalima », sur une superficie de 100.000 m2, le salon est fin prêt pour accueillir cette année 620 exposants nationaux et internationaux.

Vingt pays étrangers seront représentés à cette édition, dont la France, qui participe avec 112 entreprises, contre 20 lors de la première édition.

Cette édition se distingue aussi par une augmentation respective de 100 pc et de 30 pc de la superficie réservée aux pôles élevage et machinisme agricole, compte tenu du taux élevé de leur fréquentation.

De grands pas en matière d’organisation sont aussi à noter, notamment au niveau de l’amélioration des accès, du transport, de la restauration, du loisir, et de la formation, dont bénéficient cette année 100.000 agriculteurs.

La 4ème édition du SIAM comptera 9 pôles dédiés aux 16 régions du Royaume, à la production agricole et agro-industrielle, à l’élevage, au machinisme agricole, à l’agrofourniture, à l’environnement, à la valorisation des produits du terroir, aux sponsors et institutionnels et à l’international.

Côté scientifique et animation, un programme riche et varié a été mis en place avec la programmation d’une série de conférences et de tables rondes scientifiques, de visites de fermes, des dégustations de produits du terroir, ainsi que des excursions dans des sites touristiques de la région (Volubilis, Moulay Driss Zerhoun, Moulay Yaâcoub) en plus de la fantasia.

Le secteur agricole, un des piliers de l’économie nationale

Le secteur agricole constitue l’un des piliers de l’économie nationale. Il contribue à raison de 15 à 20 pc au PIB global. Cette variabilité est due essentiellement aux fluctuations des conditions climatiques. L’emploi agricole représente 40 pc de l’emploi total et 80 pc de l’emploi rural.

Par ailleurs, la contribution de l’irrigation au PIB agricole se situe en moyenne autour de 45 pc avec une variabilité selon les conditions climatiques.

En effet, le secteur irrigué contribue avec 35 pc au PIB agricole, en bonne année agricole, contre 70 pc en mauvaise année.

En matière de sécurité alimentaire, l’agriculture joue un rôle prépondérant dans la couverture d’une grande part de la demande alimentaire du pays en produits de base.

Les taux de couverture de cette demande sont de 72 pc pour les céréales, 52 pc pour le sucre, 25 pc pour les huiles, 87 pc pour le lait et 100 pc pour les viandes et les fruits et légumes.

Concernant les échanges commerciaux, la contribution du secteur dans le commerce extérieur national représente entre 14 et 24 pc de la valeur des importations globales. Les produits agricoles représentent près de 18 pc en moyenne de la valeur des exportations globales avec une fluctuation allant de 15 à 21 pc.

Le taux de couverture des importations agricoles par les exportations agricoles varie d’une année à l’autre. Cette variabilité est aussi enregistrée pour le taux de couverture des importations agro-alimentaires par les exportations agro-alimentaires qui se situe selon les années entre 45 et 100 pc.

MAP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,