Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Libye: la crise risque de favoriser le « terrorisme », selon Alger
Actualités du Maroc » Actualités du Monde » Libye: la crise risque de favoriser le « terrorisme », selon Alger

Libye: la crise risque de favoriser le « terrorisme », selon Alger

Par: le jeudi, mars 24, 2011

mourad medelciLe ministre des Affaires étrangères algérien Mourad Medelci a estimé que les événements en Libye risquaient de favoriser le « terrorisme« , dans un entretien paru jeudi dans le journal L’Expression.
qui se passe en Libye peut être considéré comme une chance de plus que nous donnons aux terroristes », a-t-il déclaré au quotidien francophone. Il a jugé que cette situation sera « exacerbée par l’intervention étrangère ».

Il fait également état du « séisme » que provoquera « le foisonnement d’armes dans la région » et cela « ne concernera pas seulement les Libyens mais tous ses pays voisins plus particulièrement l’Algérie« .

Lors d’une conférence de presse à Alger, mardi, son homologue russe Sergueï Lavrov avait aussi évoqué ce danger. « Si la situation s’aggrave, alors nous aurons affaire à de nouveaux cas de terrorisme international et à d’autres évènements que nous voudrions éviter », avait déclaré Lavrov.

Medelci souligne dans cette interview l’accord total des deux ministres sur cette question. L’Algérie avait à cette occasion appelé à un arrêt immédiat des hostilités dans ce pays frontalier.

Concernant les relations franco-algériennes, au plan économique, Paris se situe « parmi les partenaires les plus forts au sein de l’Union européenne ».

Pour ce qui est des relations politiques, « elles ont été polluées par plusieurs problèmes », déclare le chef de la diplomatie algérienne.

Il cite l’affaire du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, qui a bénéficié d’un non-lieu le 31 août dernier dans l’enquête sur l’assassinat en 1987 à Paris de l’opposant Ali Mecili. Il a également parlé de l’assassinat des moines de Tibhirine (100 km environ au sud d’Alger) au printemps 1996, aux commanditaires toujours pas déterminés. Le troisième dossier concerne « la mémoire », a-t-il dit, en référence aux excuses attendues de Paris pour sa politique coloniale.

Sur les dossiers actuels, Medelci a reconnu qu’il y avait « évidemment, des divergences sur certaines questions », sans les énumérer.

Source: AFP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , ,