Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Maroc: le 20 février peine à mobiliser davantage mais toujours actif
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc, Politique » Maroc: le 20 février peine à mobiliser davantage mais toujours actif

Maroc: le 20 février peine à mobiliser davantage mais toujours actif

Par: le vendredi, octobre 7, 2011

mouvement marocain 20 fevrierRabat – Sans véritable soutien populaire, et sans lien fort avec les protagonistes sociaux traditionnels, le mouvement de contestation du 20 février au Maroc a reconnu avoir du mal à mobiliser les masses, plus de sept mois après sa naissance.

Et alors que leurs voisins tunisiens se préparent à voter dans les premières élections réellement pluralistes le 23 octobre, les aspirations démocratiques des jeunes du Mouvement, qui critiquent
la toute puissance de leur roi Mohammad VI, sont loin d’avoir été satisfaites.

Dans un récent document interne de la section de Rabat du Mouvement, dont l’AFP a obtenu une copie, des militants ont reconnu « une faiblesse de la mobilisation au niveau des quartiers, faiblesse du soutien réel des syndicats, associations et autres entités ».

Le document appelle aussi « à réécrire la plate-forme du mouvement pour la rendre plus simple et plus claire. » Pour autant, le M-20, composé de cyber-militants indépendants, d’islamistes et d’activistes d’extrême gauche, continue de défendre ses revendications et de manifester régulièrement dans les grandes villes.

En dépit de l’enthousiasme qui l’avait soutenu au début de la vague de contestation dans des pays proches, comme la Tunisie ou l’Egypte, le Mouvement semble toujours boudé par les classes
moyenne et ouvrière.

Et sa composition hétérogène, avec des islamistes et des gauchistes qui militent indépendamment apparaît, au yeux même des participants, comme un handicap. « Le mouvement n’atteindra sa maturité que lorsqu’il inclura le citoyen lambda », souligne l’économiste Fouad Abdelmoumni, membre du mouvement.

« Quand les gens entendent qu’une partie du mouvement est constituée d’islamistes fanatiques et de fanatiques communistes, ils ont peur », ajoute-t-il. Et les autorités ne se privent pas d’accuser régulièrement le mouvement islamiste Justice et bienfaisance de « noyauter » et de « manipuler » les jeunes du 20 février.

Justice et bienfaisance est une association, interdite mais tolérée, qui bénéficie d’une bonne implantation dans les quartiers populaires grâce à son action sociale. Une autre faiblesse du M-20 tiens à l’absence de clarté de son programme.

Les revendications du Mouvement –« liberté, dignité et justice sociale »– « doivent trouver le passage de la parole », souligne le prince Moulay Hicham, cousin du roi Mohammed VI, dans un entretien à la revue française Le Débat.

Face à la contestation du M-20 qui n’a jamais pris la tournure violente des manifestations en Tunisie ou en Egypte, la monarchie a répondu en révisant la constitution mais sans porter

fondamentalement atteinte aux pouvoirs du roi.

« La monarchie a eu l’habileté de mobiliser un certain nombre d’organisations politiques et syndicales autour de son projet de révision constitutionnel », a souligné à l’AFP Jean-Claude Santucci,

de l’Institut d’Etudes politiques (IEP) d’Aix-en-Provence.

Malgré ses lacunes, le M20 manifeste régulièrement dans les villes du Maroc pour faire prévaloir ses revendications démocratiques, et continuera de le faire, assure à l’AFP Najib Chaouki, un

militant de la section de Rabat, « malgré le boycott dont il est l’objet de la part de tous les médias publics ».

« La persévérance de ces jeunes s’explique par leur envie d’exprimer une soif de justice, tant politique que sociale » alors que « les réformes proposées par le roi qualifiées de +faux semblants+
les ont déçues », estime Santucci.

« Il ne faut pas brusquer les choses. Nous ne sommes pas dans une course au pouvoir; il faut accepter que les choses mûrissent », affirme pour sa part Abdelmoumni pour qui les principaux enjeux du mouvement restent « l’éradication de la corruption et la monarchie parlementaire ».

Source: emarrakech

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,