Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Ce marocain qui avait cassé le nez à Nelson Mandela à Oujda
Actualités du Maroc » Actualités du Monde » Ce marocain qui avait cassé le nez à Nelson Mandela à Oujda

Ce marocain qui avait cassé le nez à Nelson Mandela à Oujda

Par: le vendredi, décembre 13, 2013

Il s’appelait Mohamed Bouras, décédé aujourd’hui, le défunt marocain oujdi, avait crée un mini club de boxe dans son garage à Oujda, dans lequel, il recevait un jeune homme sud-africain, qui venait s’y s’entrainer.

6135737-9163602

Nelson Mandela aimait la boxe dans sa jeunesse, en 1960, lorsqu’il était venu au Maroc, pour y créer un bras armé de l’ANC, et y recevoir, sur ordres du Roi Hassan II, armes, entrainements et argent, il s’était établi un moment à Oujda où il avait pris contacts avec la résistance algérienne y hébergée.

Abderahman Mekkaoui, universitaire marocain d’Oujda et chercheur en sciences stratégiques et militaires au Maroc et en France, a fait un récit des plus inédits sur le passage de Nelson Mandela dans la région de l’oriental.

Mandela, raconte Mekkaoui, aimait aller s’entrainer au club de feu Mohamed Bouras, chaque soir.

Une fois, en boxant avec son entraineur marocain, ce dernier lui fit la totale, plusieurs crochets qui mettent Nelson Mandela sur le tapis, avec cerise sur le gâteau, un nez cassé.

Abderahmane Mekkaoui qui a raconté cette anecdote, lors d’une interview accordée par lui, au site arabophone alyaoum24, a indiqué qu’en 1998, il eut l’occasion de visiter l’Afrique du sud et de rencontrer Nelson Mandela.

‘‘J’étais porteur d’un message à Mandela de la part de son ex-entraineur oujdi qui était encore vivant en 1998’’ raconte Mekkaoui.

‘‘Saluant Mandela je lui ai dit : Monsieur le président, Mohamed Bouras votre entraineur de boxe qui vous avait cassé votre nez, vous vous en souvenez ! Il vous dit, si vous reconnaissez le Polisario, il viendra vous le recasser une deuxième fois’’, relate Mekkaoui.

Selon le chercheur marocain, Mandela plongé dans ses souvenirs agréables à Oujda a fortement rigolé de ce message qui lui fit transmis par son ex-entraineur et s’était mis à raconter dans sa langue maternelle à son entourage, son séjour de plusieurs mois au Maroc en 1960, qui apparemment l’avait fortement marqué.

Source:LEmag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,