Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Message de SM le Roi aux participants au 33ème Festival culturel international d’Asilah
Actualités du Maroc » Culture » Message de SM le Roi aux participants au 33ème Festival culturel international d’Asilah

Message de SM le Roi aux participants au 33ème Festival culturel international d’Asilah

Par: le lundi, juillet 4, 2011

assilah festivalAsilahSM le Roi Mohammed VI a adressé samedi un message aux participants à la 33eme édition du Festival culturel international d’Asilah.

Voici le texte intégral du message royal dont lecture a été donnée, à l’ouverture de cette manifestation, par M. Mohammed Benaïssa, Secrétaire général de la « Fondation du Forum d’Asilah » :

« Altesses, Excellences, Mesdames, Messieurs, Il Nous est agréable de vous adresser ce message à l’ouverture du 33ème Festival culturel international d’Asilah, et de souhaiter chaleureusement la bienvenue à l’invité d’honneur de cette session, l’Etat du Koweït frère. Nos voeux de bienvenue s’adressent également aux éminentes personnalités participant à cette manifestation. Issus du monde de la pensée, de la culture, de la politique, de l’économie, des médias, des arts et de la société civile, ces hôtes remarquables du Royaume du Maroc rejoignent la ville d’Asilah pour apporter leur contribution enrichissante à cet important forum.

Nous tenons également à saluer les efforts soutenus et méritoires que ne cessent de déployer la « Fondation du Forum d’Asilah » et son Secrétaire général, Notre dévoué serviteur, M. Mohammed Benaïssa. De fait, cette institution a fait de ses sessions régulières autant d’occasions renouvelées pour susciter des interactions culturelles fécondes. Elle en a dégagé un espace d’échanges de points de vue entre des personnalités qui se sont distinguées par leurs hautes aptitudes et compétences, ainsi que par leur capacité à cerner les problématiques et les questions d’actualité qui préoccupent et interpellent le monde d’aujourd’hui. C’est dire combien Nous saluons votre choix, cette année, de « l’Emigration : entre l’identité nationale et l’identité universelle » comme thème inaugural pour l’ouverture de la série de colloques et de forums prévus à la 26ème session de l’université d’été Al Mouatamid Ibn Abbad. C’est dire aussi l’importance du phénomène migratoire qui préoccupe tant de sociétés -aussi bien avancées qu’en développement- qui sont concernées par l’émigration.

Notre conception de l’émigration, en tant que phénomène profondément ancré dans l’histoire, part du principe qu’elle répond à une exigence vitale et à un impératif cognitif, économique et culturel, dicté par l’aspiration au changement et à l’épanouissement qui anime tout être humain. Elle est, au fond, une expression de l’aventure humaine dans sa plus belle illustration et sa plus noble acception. L’émigration traduit, en effet, une profonde propension chez l’être humain à investir de nouveaux horizons, et à découvrir les autres cultures, les autres civilisations du monde. L’émigration est, de ce fait, un facteur efficient de convergence et de brassage des cultures et des civilisations humaines. Elle constitue, de surcroît, un puissant ingrédient de la coexistence des humains et du rapprochement des peuples.

Pourtant, les approches sécuritaires, combinées aux politiques préventives ont contribué à éclipser le visage humain et culturel de ce phénomène, et à en occulter les aspects les plus positifs. Ceci a eu pour effet de favoriser la diffusion de la pensée simpliste et réductrice. Il s’est traduit par la dissémination des préjugés erronés sur les émigrés, surtout dans cette conjoncture économique mondiale difficile, marquée par la stagnation de la machine économique et le recul des attributs de l’affluence et de la prospérité.

Mesdames, Messieurs,

Le Maroc, en tant que pays d’accueil, émetteur et point de transit de l’émigration, n’éprouve aucune crainte face à ce phénomène. Il le considère plutôt comme un signe de richesse et de diversité, et une source d’enrichissement pour sa culture et sa civilisation. Notre pays reste fidèle à la tradition séculaire qui est la sienne d’héberger l’étranger et d’accueillir, à travers les âges, des migrations successives. Il est convaincu du droit de l’homme à se déplacer sans entraves, à communiquer librement, et à vivre dignement. Voilà pourquoi le Royaume du Maroc s’est engagé dans une action commune multiforme, permettant d’adopter et de mettre en oeuvre des politiques innovantes et des approches intégrées pour la gestion la plus judicieuse du phénomène de l’émigration.

A cet égard, le Royaume du Maroc qui a pris l’initiative d’accueillir en 2006, la première conférence euro-africaine sur l’émigration et le développement, ne cesse d’exhorter les pays d’accueil, dans le cadre de la politique de coopération, de dialogue et de concertation, à tenir compte les spécificités des émigrés et à les aider à surmonter les difficultés d’intégration et d’insertion dans les sociétés d’accueil, tout en combattant les démons de l’exclusion, du racisme et de la xénophobie. Parallèlement, il incombe aux Etats émetteurs de veiller à la concrétisation des politiques convenues entre les différentes parties.

Dans le même ordre d’idées, le Maroc, tant au niveau des organisations régionales et internationales qu’au plan du voisinage direct, déploie, en coordination avec les parties concernées, des efforts soutenus pour garantir les conditions permettant aux émigrés de jouir de leurs droits fondamentaux, notamment la reconnaissance de leur culture et le respect de leurs spécificités identitaires. Car, en effet, les émigrés constituent une des composantes de la société où ils s’établissent, partageant avec elle aussi bien les sacrifices que les aspirations au progrès et à la prospérité.

En plaidant sincèrement pour une telle politique qui repose sur une approche globale et intégrée, et une vision équilibrée et équitable de la question de l’émigration, nous nous fondons, en fait, sur les principes universels et humains, et aussi sur les valeurs généreuses de notre religion qui prône la fraternité et la concorde. Pour autant, nous ne manquons pas d’exprimer nos regrets face à l’amalgame que font certains en liant l’Islam à des groupes extrémistes.

Les Musulmans ont, depuis longtemps, coexisté avec différents peuples d’Europe, d’Asie et d’ailleurs, et vécu dans un esprit d’entraide et d’entente aux côtés des adeptes d’autres religions, au Machrek comme au Maghreb. Cette atmosphère conviviale, Marocains et autres Musulmans d’Al-Andalous l’ont illustrée de la plus belle manière pendant des siècles, comme en témoignent les liens qui s’étaient solidement tissés à l’époque entre les diverses composantes des sociétés et des peuples méditerranéens. Dans ce contexte, chacun avait le loisir d’apporter sa contribution au développement de la pensée et de la connaissance et à l’essor des arts et des métiers. Cette dynamique a généré ce qui allait devenir le ferment et le noyau de la Renaissance européenne, dont les lumières se sont répandues dans les pays du monde entier.

Aujourd’hui, il existe, pensons-Nous, des indices qui attestent cet humanisme ancestral, illustré notamment par le désir de vagues successives d’immigrés de s’intégrer en parfaite synergie au sein des sociétés d’accueil et de s’imprégner de leurs cultures et de leurs valeurs respectives. En fait, ils sont mus par un mélange de sentiments participant à la fois du souci de préserver leur identité originelle et de l’envie de s’intégrer au sein de leur nouvelle patrie en s’investissant dans la construction de son économie et en mettant à sa disposition le fruit de leurs réalisations scientifiques, artistiques et sportives. Aussi sommes-nous persuadé que les sociétés s’orientent, dans le fond, vers une « mondialisation civilisationnelle » qui transcende les deux versants que sont le commerce et l’économie, une mondialisation complexe, puisant sa substance dans des identités, des cultures et des affiliations, certes aux origines multiples et contrastées, mais capables de coexister de manière féconde.

L’adoption d’une politique alternative en la matière, loin des velléités d’exclusion et d’ostracisme, est une responsabilité qui incombe non seulement aux gouvernements, mais aussi aux instances et organisations non gouvernementales et aux milieux académiques et intellectuels, plus particulièrement les médias qui, débordant les frontières et jetant des ponts solides entres les cultures et les civilisations, posent les fondements d’une identité universelle interactive et dynamique.

Ces instances sont tenues de jouer le rôle responsable qui leur incombe, en agissant auprès des décideurs et des différents segments de l’opinion publique, pour favoriser l’ancrage des valeurs de tolérance, de coexistence et d’interaction positive entre les civilisations. C’est là un préalable essentiel à l’instauration de la sécurité, de la paix et de la stabilité.

Mesdames, Messieurs,

Nous assistons aujourd’hui à l’éclosion d’un modèle de civilisation universel, mêlant harmonieusement les caractéristiques et les composantes culturelles propres aux différents peuples. Mais un défi persiste et nous interpelle tous, dans les pays du Nord, comme dans ceux du Sud. Il s’agit de savoir dans quelle mesure nous sommes capables de faire nôtre cette tendance à l’universel, tout en veillant au respect du pluralisme culturel, des vertus du dialogue et d’estime mutuelle, et du droit à la différence et à la diversité.

Nous sommes optimistes pour l’avenir de l’humanité, et confiants quant à l’aboutissement de l’action qu’elle mène inlassablement afin de donner corps à l’idéal de solidarité qui est le sien, de poser les jalons dela paix – nonobstant les crises, les tensions et les conflits – et d’enrayer les menaces écologiques et économiques qui la guettent. Cet objectif requiert la mise en place d’une  » alliance humaine  » et la remise en cause des vieilles notions et des idées reçues sur l’immigration et les immigrés, ainsi que de tout autre concept porteur de division ou de divergence. C’est ainsi que l’on évitera de rééditer les erreurs de politiques antérieures qui ont donné naissance à des problématiques complexes dont nous continuons à subir les effets pervers jusqu’à présent.

Mesdames, Messieurs,

Ce colloque regroupe un aréopage d’hommes d’Etat, de spécialistes et de chercheurs dans les domaines de l’immigration, représentant des sensibilités politiques, scientifiques et intellectuelles, aussi diverses que complémentaires, et comptant à leur actif un savoir-faire administratif éprouvé sur le terrain, outre des intervenants proposant des approches fondées sur les droits de l’Homme et le dispositif juridique. Le climat est, donc, propice pour que votre forum engage une discussion profonde permettant de mettre au point des conceptions et des orientations porteuses d’une valeur ajoutée. Vous contribuerez de la sorte au débat planétaire sur l’immigration appréhendée dans sa relation avec l’identité, nationale et universelle. Une contribution dont se prévaudront décideurs et planificateurs de politiques que nous voulons frappées du sceau de l’égalité, de l’esprit de concertation et de la volonté de mettre en place un partenariat équitable entre les hommes.

A cet égard, Nous pensons que vous ne manquerez pas de vous pencher sur les défis à long terme, notamment la nécessité de favoriser et faire mûrir les conditions d’interaction et de convergence des cultures, de sorte que l’immigration puisse devenir un facteur actif et complémentaire pour stimuler l’avènement d’une civilisation universelle plurielle, polyphonique et multipolaire, où règnent fraternité, tolérance et respect de la dignité humaine.

Nous implorons le Très-Haut de guider vos pas et couronner vos travaux de succès, et vous souhaitons à nouveau un agréable séjour dans votre deuxième patrie, le Royaume du Maroc.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh ».

Source: MAP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , ,