Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Ouverture à Marrakech du 52è Congrès de l’Union International des Magistrats
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Ouverture à Marrakech du 52è Congrès de l’Union International des Magistrats

Ouverture à Marrakech du 52è Congrès de l’Union International des Magistrats

Par: le lundi, octobre 12, 2009

Union International des MagistratsLes travaux du 52ème Congrès de l’Union International des Magistrats (UIM) se sont ouverts lundi à Marrakech, avec la participation de plus de 400 participants issus de 80 pays représentant les unions internationales, africaines et arabes des notaires et des avocats, entre autres.

S’exprimant à l’ouverture de ce congrès, placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, le ministre de la Justice, M. Abdelwahed Radi a indiqué que l’indépendance du pouvoir judiciaire est un principe fondamental et une condition indispensable à l’exercice d’une justice impartielle et en parfaite conformité au droit, ajoutant que l’autonomie du pouvoir judiciaire figure en tête des principes défendus et prévus au Statut Universel du Juge, tel qu’adopté par l’UIM.

« Ce Congrès, dont les travaux se poursuivront jusqu’au 15 octobre dans la cité ocre, reflète en réalité l’importance du rôle de la justice au sein de la société moderne, une société qui respecte les droits de l’homme et veille à la garantie de l’exercice des libertés individuelles et collectives », a dit le ministre.

Il a, dans ce sens, estimé que les magistrats sont au cœur même des questions susceptibles de consolider l’équité, dans la mesure où ce sont ces juges qui, à l’intérieur des sociétés modernes, donnent à cette équité sa vraie signification.
Le ministre a tenu à indiquer également que ce Congrès, qui se tient en partenariat avec l’Amicale Hassanienne des Magistrats, se tient au Maroc à un moment où le Royaume met en œuvre un grand chantier de réforme de la justice, tel que tracé par SM le Roi Mohammed VI dans Son Discours prononcé à l’occasion de la célébration de l’anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple le 20 août dernier, rappelant que le Maroc en tant que pays démocratique, dispose de mécanismes développés pour garantir l’indépendance de la justice.

M. Mustapha Fares, président de l’Amicale Hassanienne des Magistrats a, quant à lui, fait remarquer que la justice au Maroc a connu un développement remarquable qui lui a permis de jouer pleinement son rôle dans la consécration de la confiance, l’impulsion du progrès, la promotion de l’investissement et dans la garantie des liberté et de la stabilité et ce, grâce à la politique clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI visant la modernisation de la justice et son développement afin qu’elle soit au diapason des dernières nouveautés, outre l’amélioration des conditions socio-professionnelles des magistrats.
Face aux changements rapides que connaît le monde actuellement, le renforcement de l’appareil judiciaire international et sa dotation d’un pouvoir de contrôle sur l’économie, les capitaux et de lutte contre les dépassements et les manquements, ne peut que mettre fin à ces crises, a estimé M. Fares.
Pour sa part, M. Moulay Taib Cherkaoui, premier vice- président de la Cour Suprême a fait savoir que face aux changements engendrés par la mondialisation économique et devant la prolifération du crime international et des crises financières, la famille de la justice de par le monde sera tenue de déployer davantage d’efforts en vue de réaliser l’ordre et la stabilité légale et juridique.

Après s’être interrogé sur la capacité des lois à résoudre actuellement toutes ces problématiques, M. Cherkaoui a fait part de sa fierté de l’organisation de ce congrès au Maroc qui, a-t-il dit, permettra, sans nul doute, de renforcer les liens de coopération entre les magistrats, abstraction faite de leurs systèmes juridiques différents, et d’adopter des recommandations de nature à activer les législations internationales.
Il s’est félicité également de l’excellence des thèmes qui seront débattus lors de cette rencontre, rappelant que l’ambition des magistrats de par le monde est de défendre l’autonomie du pouvoir judiciaire et de garantir le respect de la loi.
M. Cherkaoui a rappelé également que le Discours Royal du 20 août dernier qui se veut une feuille de route pour une réforme globale et profonde de la justice au Maroc axées sur six domaines prioritaires, à savoir le soutien de l’indépendance de la justice, la révision du statut interne des magistrats, la modernisation de l’arsenal juridique, la garantie des conditions d’un procès équitable, le développement des méthodes alternatives de résolution des conflits et la qualification de l’élément humain.
M. Mustapha Maddah, procureur général du Roi près la Cour Suprême, a indiqué que l’examen de questions sensibles et de grande importance s’impose à l’heure actuelle notamment à l’ère d’une mondialisation galopante, de la révolution numérique et des conflits mondiaux et régionaux, appelant, dans ce contexte, à conférer à la justice internationale un rôle encore plus important non seulement d’un point de vue coercitif mais pour s’étendre également aux aspects financier, économique, alimentaire, sanitaire et environnemental.

Le président de l’UIM, M. Bento Company José Maria s’est félicité, pour sa part, de la tenue de ce Congrès au Maroc qui, a-t-il dit, occupe une place de choix au sein de l’UIM en tant que membre très dynamique.
Il a appelé l’ensemble des associations nationales des magistrats à accentuer leur coopération au sein de l’UIM en vue de la défense du principe de l’autonomie du pouvoir judiciaire, qui se veut un socle de la démocratie au sein de chaque société.
Fondée en 1953 à Salzbourg (Autriche), l’UIM est une organisation internationale professionnelle apolitique qui groupe 73 associations nationales ou groupements représentatifs de magistrats issues des 5 Continents. Elle se fixe pour objectif principal la protection et le renforcement de l’indépendance du Pouvoir Judiciaire, en tant que condition indispensable à la fonction juridictionnelle et à la garantie des droits et des libertés de l’homme.

L’UIM se compose de quatre Groupes Régionaux, à savoir l’association Européenne des Magistrats (40 Pays), le Groupe Ibéro- américain (15 Pays), le Groupe Africain (13 Pays) et le Groupe Asiatique, Nord-américain et Océanien (9 Pays).

Source : MAP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,