Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Partenariat Maroc-Gabon pour les engrais : Une Révolution Verte en Afrique à la clé
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Partenariat Maroc-Gabon pour les engrais : Une Révolution Verte en Afrique à la clé

Partenariat Maroc-Gabon pour les engrais : Une Révolution Verte en Afrique à la clé

Par: le vendredi, mars 7, 2014

Le partenariat stratégique entre le Maroc et le Gabon dans le domaine des engrais, scellé ce jeudi lors d’une cérémonie présidée au Palais Présidentiel à Libreville par le Roi Mohammed VI et le Président gabonais, Ali Bongo Ondimba, constitue la clé d’une Révolution Verte en Afrique.
6391071-9640234

Ce Partenariat d’envergure avec le Gabon, initié dans le cadre de la coopération sud-sud, est fondé sur le principe d’une intégration totale aux ressources naturelles des deux pays (phosphate et gaz).

Une Joint-Venture qui sera créée dans le cadre de ce partenariat à portée stratégique, investira à terme plus de 2 milliards de dollars dans des actifs industriels comprenant, au départ, au Gabon une unité de production d’Ammoniaque à partir du gaz gabonais et une unité de production d’engrais.

Au Maroc, il comprend deux unités de production d’Acide Phosphorique à partir du phosphate provenant des sites de la région de Khouribga (bassin de Ouled Abdoune) et une unité de production d’engrais.

La capacité totale de production des deux unités sera de l’ordre de 2 millions de tonnes d’engrais dès 2018, soit l’équivalent de la consommation actuelle d’engrais phosphatés en Afrique.

Cet ensemble industriel permettra de couvrir au moins 30 pc de la demande totale du continent à cet horizon.

Les engrais produits seront commercialisés et acheminés depuis le Maroc et le Gabon en priorité vers les pays d’Afrique (notamment ceux de la CEEAC et de la CEDEAO), essentiellement à travers les corridors régionaux qui se verront ainsi dynamisés.

C’est la première fois qu’un partenariat de cette envergure vise la transformation des ressources africaines pour les valoriser localement en engrais et servir les besoins agricoles du Continent.

Ce Partenariat à portée continentale, innovant et attractif, permettra à l’Afrique, qui compte 80 pc de terres arables encore inexploitées et ne consomme qu’1 pc des engrais utilisés mondialement, de relever le défi d’une véritable Révolution Verte.

En effet, le continent a tous les atouts pour une véritable Révolution Verte, visant une consommation de plus de 10 millions de tonnes d’engrais phosphatés dans les prochaines années (contre à peine 2 millions de tonnes actuellement)

C’est dans ce sens que le projet vise la promotion d’une fertilisation raisonnée en Afrique à travers la production d’engrais, adaptés aux sols et aux cultures et accessibles aux fermiers africains (à l’instar des produits développés par le Groupe OCP pour les cultures de cacao ou de coton)

Il s’accompagnera de mécanismes incitatifs innovants d’appui aux agriculteurs (solutions de financement, assurance ).

Ce partenariat se veut, de même, ouvert à d’autres acteurs régionaux et internationaux (opérateurs institutionnels, coopératives ) sur l’ensemble de la chaine de valeur.

L’initiative qui contribuera à la création de plus 5.000 emplois directs et indirects au Gabon, au Maroc et dans d’autres pays de la région, s’inscrit dans une volonté forte de développement humain en Afrique prônée par SM le Roi.

Elle prévoit également un dispositif d’accompagnement socio-économique qui viendra en appui au projet, à travers la dynamisation d’un tissu de PME/PMI et la création d’un écosystème de sous-traitance autour du projet, à l’instar de la plateforme de Jorf Phosphate Hub.

Des échanges en matière de formation accompagneront ce partenariat et ancreront des partages de technologie et de savoir-faire entre les deux pays. A titre d’exemple, l’Université Mohammed VI Polytechnique jouera un rôle pivot, à travers notamment son Ecole de Management Industriel (accompagnée par l’Ecole des Mines de Paris).

D’autre part, le projet intégrera fortement la logique environnementale, notamment par le recours aux énergies renouvelables, une gestion optimale de l’eau et de l’énergie et un respect strict des normes environnementales internationales de dernière génération.

Source:LEmag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,