Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
PJD et le RNI : Crise de la majorité
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » PJD et le RNI : Crise de la majorité

PJD et le RNI : Crise de la majorité

Par: le jeudi, mai 30, 2013

Les dirigeants du RNI sont formels, il n’y a pour le moment aucun contact avec le PJD autour d’une probable participation au gouvernement.

La crise de la majorité se poursuit et chacun y va de sa petite idée pour brosser d’éventuelles possibilités de sortie de cette crise. Et depuis la décision du Parti de l’Istiqlal, le 11 mai 2013 de se retirer du gouvernement, un parti focalise plus l’attention que les autres, étant donné qu’arithmétiquement il peut suppléer l’Istiqlal. Avec 52 députés à la chambre des représentants, soit à peine huit de moins que le Parti de l’Istiqlal, le Rassemblement national des indépendants, classé troisième, peut faire valoir ce statut et réclamer si jamais la proposition lui est faite d’avoir des postes ministériels de poids.benkirane_et_mezouar21
Qu’en est-il au juste ? Pour le PJD, l’heure n’est pas encore à la recherche de nouveaux alliés. « Toutes les éventualités sont à l’étude mais on reste serein. Le secrétaire général du parti, par ailleurs chef du gouvernement nous a demandé non pas d’anticiper, mais de suivre attentivement l’évolution des événements  », nous déclare un député du PJD.
Pour sa part, Rachid Talbi Alami, président du groupe parlementaire du RNI, considère que rien n’est entrepris pour le moment. « Il y a eu des discussions certes au sein de la direction du parti, mais comme l’a déclaré le président Salaheddine Mezouar, nous ne sommes pas une roue de secours… »
Des informations publiées ce mercredi 29 mai 2013, font état de rencontres entre Lahcen Daoudi, ministre PJD de l’Enseignement supérieur et Mohamed Aujjar, ancien ministre et dirigeant du RNI. Des rencontres qui porteraient sur les conditions de la participation du RNI au gouvernement.
Contacté par menara.ma, M. Aujjar s’est dit surpris par cette information. « J’apporte un démenti catégorique à ce qui a été publié ici et là. D’abord j’étais à l’étranger, et je viens de rentrer. Et M. Daoudi, cela fait plus d’un an que nous ne sommes pas vus… Comment alors on aurait pu négocier quoi que ce soit. On a dit que les réunions se tiennent chez moi, je ne suis pas sûr que M. Daoudi connaisse ma maison… »
Ce démenti n’empêche pas de poser la question à M. Aujjar sur la position du RNI si jamais une proposition lui est faite de rejoindre le gouvernement. « Il y a un faux débat actuellement sur qui va remplacer qui au Cabinet de M. Benkirane. L’Istiqlal a décidé de se retirer, on doit attendre la décision que prendra SM le Roi. Sûrement, M. Benkirane sera chargé de former un nouveau gouvernement avec une nouvelle majorité. C’est à ce moment là que chacun pourrait poser ses conditions », ajoute M. Aujjar.
Pour lui, le RNI n’est pas concerné par la situation actuelle. C’est à la majorité de régler ses problèmes, conclut-il.
source: Menara
Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,