Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Prisons au Maroc: les chiffres sur la santé des détenus
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Prisons au Maroc: les chiffres sur la santé des détenus

Prisons au Maroc: les chiffres sur la santé des détenus

Par: le mardi, octobre 27, 2015

prisonMinistre de la santé Hussein Louardi décrites figures lundi sur la santé dans les prisons, faisant référence aux efforts des États pour lutter contre les maladies infectieuses en milieu carcéral.
Il dit plus de 42000 prisonnier a reçu des consultations médicales dans les structures sanitaires du ministère de la santé, a été admis à l’hôpital public de 1500 hôpitaux et 400 autres subit une intervention chirurgicale en 2014, ministre de la santé Hussein Louardi, qui s’exprimait à l’ouverture du séminaire national à Rabat sur « santé dans les prisons : quel est le système pour davantage la charge sanitaire. » Dans le cadre de la prévention contre les maladies épidémiques et endémiques dans les prisons, régulièrement, le Ministère organise la vaccination des campagnes contre la méningite dans la prison ont bénéficié de plus de 4000 prisonniers l’an dernier, M. Louardi.Par en outre, en raison de la forte prévalence du VIH dans les prisons, comprise entre 0,3 et 2,5 %, sur un budget de 3 millions de dirhams (AED 1 million) a été réparti sur les quatre dernières années dans le cadre de la lutte contre le sida et les maladies sexuellement transmissibles, il a souligné, notant que le budget pour un 2 supplémentaires.5 millions de dirhams, mobilisés pour la période 2015-Zer 2017.Selon, ce qui a permis des investissements importants et sensibilisation (principaux chefs, tenant des médecins et des infirmières…) la santé de plus de 7000 résidents contre les risques d’infection, la sensibilisation et la formation à tous les employés de la prison pour la détection précoce du virus et l’introduction d’un traitement alternatif pour les opiacés (TSO) avec la méthadone parmi les toxicomanes afin de réduire le risque de transmission de l’infection par le VIH. M. Louardi a également noté que son ministère offre un accès gratuit aux antirétroviraux (ARV) pour tous les prisonniers VIH.S’agissant de la lutte contre la tuberculose dans les prisons, a dit M. Louardi son ministère a conclu un accord de partenariat, avec un budget de plus de 5 millions de dirhams, alors que la délégation générale des prisons et de réadaptation (DGAPR) avec le soutien du Fonds mondial de lutte sida, la tuberculose et le paludisme, afin de rétablir les 26 laboratoires PTB, cellules d’isolement pour les patients présentant une infection dans les prisons et obtenez 7 microscopes de Woo 10 machines à rayons x numérique conduit intégration du dépistage du VIH dans 13 pénitentiaires ont continué. Plusieurs défis et contraintes des institutions a également indiqué que l’Etat, conscient de la vulnérabilité économique et sociale de la population de prison, les prisonniers parmi les bénéficiaires du régime assistance médicale (RAMED) pour couvrir les sanitaires.Malgré que leurs efforts, beaucoup de défis et d’obstacles est restés, à savoir la restructuration des programmes d’intervention à travers une approche participative pour les droits de l’homme et la promotion des services de Conseil général et spécialiste dans les prisons et pensant de nouveaux outils pour le développement de la coordination et la coopération entre le ministère de la santé, a déclaré DGAPR concernés. Il et tous les acteurs, en ce sens, il a été décidé de créer un Comité technique avec les représentants du ministère de la santé, ministère de l’intérieur, ministère de la Justice, DGAPR, et Mohammed vi Foundation pour la réinsertion des prisonniers et le Conseil National pour les droits de l’homme (Comité National) et d’autres intervenants chargées de proposer, dès que possible un bon intégré les conditions de l’ordre du jour pour l’amélioration de détention où les prisonniers.Pour améliorer les conditions des détenus, psychopathe, qui est l’objet de dispositions pénales et irresponsable qui a transféré aux services d’une maladie mentale, il a été décidé de fusionner les membres de le DGAPR Comité National pour la santé mentale, l’objectif est de participer notamment à l’examen et de surveillance des cas de ces détenus.

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : ,