Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Réformes démocratiques au Maroc : L’Europe s’impatiente
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Réformes démocratiques au Maroc : L’Europe s’impatiente

Réformes démocratiques au Maroc : L’Europe s’impatiente

Par: le vendredi, mars 28, 2014

Dans son rapport sur le voisinage européen, la commission européenne a réservé au gouvernement Benkirane, des critiques assez ‘piquantes’, notamment sur ses retards à mettre en application, la constitution de 2011.

6471430-9759895

Plus de deux ans après l’adoption de la constitution, le bilan de la mise en œuvre des réformes est plutôt limité’’.

Ainsi lit-on au rapport sur le visionnage européen, publié à Bruxelles, hier jeudi 27 mars, sous un titre fort révélateur : ‘Le voisinage à la croisée des chemins ’.

L’UE symbolise par ‘croisée des chemins’ son impatience de voir, tant en retard, les réformes démocratiques au Maroc. Dans son rapport, elle dresse un bilan d’action du gouvernement d’Abdelilah Benkirane, pas très reluisant : ‘‘Si le programme de réformes politiques envisagé dans la nouvelle constitution était ambitieux, on doit relever que plus de deux ans après son adoption, le bilan de la mise en œuvre des réformes est plutôt limité’’ se plaint Bruxelles, ajoutant que ‘‘sur les 19 lois organiques qui doivent être adoptées pour la mise en œuvre effective de la nouvelle Constitution, au total cinq ont été adoptées et deux autres sont en cours d’adoption’’.

Un Maroc des libertés toujours en espérance

La commission européenne a critiqué également le gouvernement sur le volet des libertés publiques qui tardent, selon elle, à s’y consacrer comme il se devrait : ‘‘En matière de liberté de rassemblement, un usage disproportionné de la force a été constatée de la part des forces de police dans certaines manifestations pacifiques envers notamment des mouvements sociaux et de certaines associations de droits de l’Homme’’ indique Bruxelles, alors qu’au niveau de la liberté de la presse, les retards marocains sont, selon l’UE, inexplicables : ‘‘Bien qu’elle ait été promise pendant plusieurs mois, la réforme du code de la presse n’a toujours pas été finalisée’’ écrit Bruxelles.

‘‘Un contexte de corruption élevée’’

Sur la question de la lutte contre l’ennemi numéro 1 du Maroc, de ces citoyens et de son économie à savoir, la corruption, la commission européenne estime que ‘‘Dans un contexte de corruption élevée, le gouvernement travaille à une stratégie nationale qui vise en priorité les secteurs de la police et les services sanitaires. Par ailleurs, il faut mentionner les progrès accomplis pour renforcer le dispositif législatif contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme’’.

Les quelques points positifs

L’UE a considéré néanmoins que le Maroc a réalisé de bon points durant l’année écoulée où celle en cours, citant le projet de réforme de la justice militaire et la nouvelle politique migratoire.

Source:Lemag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,