Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Réunion du groupe Euromed chargé d’élaborer une ‘feuille de route’ pour le commerce
Actualités du Maroc » Economie » Réunion du groupe Euromed chargé d’élaborer une ‘feuille de route’ pour le commerce

Réunion du groupe Euromed chargé d’élaborer une ‘feuille de route’ pour le commerce

Par: le lundi, juillet 20, 2009

Réunion du groupe Euromed chargé d'élaborer une 'feuille de route' pour le commerceLe Groupe de Travail des hauts fonctionnaires Euromed chargé d’élaborer une « nouvelle feuille de route » euro-méditerranéenne pour le commerce à l’horizon 2010 tient dimanche et lundi à Marrakech sa 4ème session.

Les travaux d’élaboration de la nouvelle feuille de route Euromed avait été recommandée par la 6ème Conférence Euromed des Ministres du Commerce, tenue à Lisbonne en octobre 2007, dans le cadre des efforts visant l’édification d’un espace Euro-méditerranéen de paix et de prospérité partagée.
Le groupe de travail est chargé d’approfondir la réflexion sur la manière de diversifier et de promouvoir le commerce, l’intégration industrielle et l’investissement. Sa première session avait eu lieu au Caire et les deux suivantes à Bruxelles.
S’exprimant à cette occasion, M. Khalid Sayah, Directeur des Relations commerciales au ministère du Commerce Extérieur a rappelé l’intérêt particulier qu’accordent les pays méditerranéens au renforcement de l’intégration économique régionale, en vue de la création de l’espace Euromed à l’horizon 2010, notamment à travers un partenariat approfondi Nord-Sud et le renforcement des flux des investissements.
M. Sayah a exprimé sa conviction que l’intégration régionale nord-sud revêt une importance considérable et devrait permettre une amélioration de l’accès aux marchés et un développement des flux des investissements entre partenaires européens et méditerranéens.
Des efforts soutenus devraient être consentis en vue d’améliorer l’accès aux marchés, par le biais de l’assouplissement des règles d’origine pan Euromed, afin de prendre en considération les spécificités des pays de la rive sud méditerranéenne et l’accélération des négociations d’accords sur l’évaluation de la conformité et l’acceptation des produits industriels (ACAA) dans les secteurs sélectionnés, a-t-il estimé.
Un tel accès aux marché ne sera possible que par une asymétrie des engagements dans le cadre des négociations en cours sur les produits agricoles et de la pêche afin de prendre en compte le niveau de développement des parties et la prise en considération des intérêts des pays méditerranéens en matière de négociations sur les services et droit d’établissement, notamment en prévoyant des concessions en matière de mobilité des personnes physiques, a-t-il souligné.
Cela suppose également « la reconnaissance par l’UE des qualifications professionnelles et des diplômes en vue de faciliter la libre circulation des personnes et la mise en place de standards minimaux au niveau de la région Euromed, en vue d’améliorer l’accès à nos marchés respectifs et également établir un climat plus favorable à l’investissement national et étranger, en assurant davantage de transparence, de prévisibilité et une croissance économique plus soutenue », a expliqué M. Sayah.
M. Sayah a estimé que l’intégration nord-sud constitue l’un des piliers de la Zone de libre échange euro-méditerranéenne, se félicitant, dans ce sens, de la mise en Âœuvre de l’Accord d’Agadir qui reste ouvert à l’adhésion d’autres partenaires méditerranéens.
Il a relevé, par ailleurs, que l’évaluation préliminaire des accords de libre échange mis en place entre l’UE et la rive Sud de la Méditerranée d’une part et entre les pays de la rive sud méditerranéenne révèle que ces accords n’ont pas eu l’effet escompté sur l’expansion du commerce et de l’investissement.
 » Plusieurs entraves persistent à l’accès aux marchés dont en particulier les règles d’origine, les normes et règlements techniques et les exigences sanitaires et phytosanitaires « , a expliqué M. Sayah.
 » Nous estimons que l’intégration complète ne pourra se faire qu’à travers une harmonisation du cadre réglementaire entre les pays du Sud et de l’UE dans tous les domaines couvets par le processus Euromed (biens, services, droit d’établissement, ADPIC) », a-t-il dit.
M. Sayah a ajouté que le Maroc ne cesse de déployer des efforts pour se rapprocher de l’acquis communautaire et ce, dans le cadre du Statut avancé qui nécessite un travail continu d’harmonisation et de convergence réglementaire couvrant tous les aspects liés au marché intérieur communautaire.
Au cours de cette réunion, la Commission Européenne (CE) doit présenter un rapport intérimaire sur l’étude d’impact concernant l’intégration économique dans la Zone Euromed et sur les entraves aux échanges commerciaux et aux investissements aussi bien Nord- Sud que Sud-Sud.
La nouvelle feuille de route doit être soumise à la prochaine Conférence des ministres du Commerce Euromed prévue en novembre prochain.

Source : MAP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,