Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Revue de la Presse Africaine du vendredi 30 mai
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Revue de la Presse Africaine du vendredi 30 mai

Revue de la Presse Africaine du vendredi 30 mai

Par: le samedi, mai 31, 2014

Dakar – La réunion extraordinaire des chefs d’Etats de la CEDEAO à Accra, consacrée à la situation sécuritaire au Nigeria et au Mali, la situation financière des entreprises gabonaises de la filière forêt-bois, les perspectives de reprise des pourparlers de paix au nord du Mali et la réforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI) en Côte d’Ivoire, meublent les colonnes de la presse africaine parue ce vendredi.
6681726-10212438
Au Sénégal, le journal « Sud Quotidien » se fait l’écho de la tenue d’une réunion extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ce vendredi à Accra, rapportant que ce conclave « entre dans le cadre des efforts déployés par le président ghanéen John Dramani Mahama pour améliorer la sécurité et l’intégration sous-régionale ».

« Les discussions devraient porter sur les questions urgentes et d’intérêt mutuel, notamment la situation sécuritaire dans le nord du Mali et dans certaines régions du Nigeria », indique le journal citant un communiqué.

Son confrère « EnQuête » focalise sur la participation du président sénégalais, Macky Sall à cette réunion, faisant savoir que ce « Sommet sera consacré à la situation au Mali et au Nigeria ».

Sur un autre registre, le journal « Le Quotidien » s’attarde, quant à lui, sur la situation de l’emploi au Sénégal, en titrant « Fonction publique: Plus de 100.000 nouveaux contrats enregistrés. Macky Sall en roue libre vers les 500.000 emplois ».

« Le gouvernement sénégalais est sur la bonne voie pour réaliser son ambition de créer 500.000 emplois durant le mandat du président Macky Sall. La raison: Le ministre de la fonction publique, Mansour Sy estime que depuis l’arrivée au pourvoir du président Macky Sall, plus de 101.000 emplois ont été déjà créés aussi bien dans le secteur privé que dans la fonction publique », note cette publication.

Au Gabon, la presse s’intéresse aux problèmes auxquels font face des industriels gabonais de la filière forêt-bois, à la convocation pour ce samedi d’une réunion des partis de la majorité républicaine pour l’émergence et à la cacophonie autour du congrès de l’Union du peuple gabonais (UPG).

Le quotidien « L’Union » indique que des entreprises forestières gabonaises sont dans le rouge et qu’avec des tensions de trésorerie qui les impactent négativement, les opérateurs économiques et les industriels de la filière sont au bord de la faillite, notant qu’outre le besoin de liquidité, d’autres contraintes assombrissent davantage leur horizon financier.

Sur le plan politique, « Gabon Matin » focalise sur la cacophonie qui entoure la tenue du tout premier congrès de l’Union du peuple gabonais (UPG) depuis sa création en 1989, initialement prévu du 6 au 9 juin prochain.

« Imbroglio autour du premier congrès de l’UPG », titre le journal, relevant que les militants et sympathisants de ce parti de l’opposition sont dans la confusion suite aux déclarations discordantes du directeur exécutif du parti et de la présidente du comité d’organisation de cette rencontre, le premier ayant annoncé la semaine dernière le report de ce congrès, alors que la seconde vient de confirmer sa tenue à la date prévue.

La publication se fait l’écho, par ailleurs, de la convocation pour ce samedi d’une réunion des partis de la majorité républicaine pour l’émergence, laquelle se tiendra sous la présidence du leader du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Ali Bongo Ondimba, dans le cadre des tractations menées en perspective des élections présidentielles de 2016.

Le journal rapporte également que le Gabon a procédé à la ratification de la nouvelle constitution de la commission africaine de l’aviation civile, à l’occasion du symposium de l’organisation de l’aviation civile internationale, tenu récemment à Dakar.

Au Nigeria, les quotidiens « Leadership », « This Day » et « Daily Trust » rapportent, à l’instar d’autres publications, que le Chef de l’Etat, Goodluck Jonathan, a annoncé jeudi avoir ordonné une opération à grande échelle pour mettre fin à l’impunité des terroristes dans le pays et promis de faire libérer les 219 lycéennes enlevées par le groupe armé Boko Haram.

Les forces de sécurité seront autorisées à utiliser tous les moyens nécessaires dans le cadre de la loi pour assurer l’exécution de cette opération, indiquent ces journaux, citant le président qui a précisé que cela ne se fera pas du jour au lendemain, « mais nous n’épargnerons aucun effort pour atteindre cet objectif ».

M. Jonathan a, toutefois, laissé la porte ouverte à l’amnistie conditionnelle pour des éléments de Boko Haram, selon ces publications.

« This Day » fait particulièrement état d’un rapport spécial révélant comment les différences politiques entre les dirigeants au niveau fédéral et ceux des Etats les plus touchés par l’insurrection, qualifiées de « fossé », ont contribué à enflammer les attaques dans le Nord-Est.

« Daily Trust » s’arrête, de son côté, sur les défilés qui devaient être organisés hier en célébration de la Journée de la Démocratie, rapportant qu’ils ont été annulés pour des raisons sécuritaires.

« Une humeur sombre l’a emporté jeudi sur le jour de la démocratie », écrit le journal, ajoutant que les Nigérians ont pris hier un jour férié pour observer tranquillement la journée de la démocratie de cette année, une journée consacrée à commémorer la restauration de la démocratie il y a 15 ans, après des décennies de régime militaire qui a débuté en 1966.

Au Mali, « Info Matin » se penche sur les perspectives de reprise des pourparlers de paix au nord du pays. Le journal fait constater qu’après l’affrontement entre l’armée nationale et les groupes armés (MNLA, HCUA) et MAA fortement appuyé par des djihadistes, le mercredi 21 mai dernier à Kidal, et le cessez-le-feu qui s’en est suivi, il n’y a aucun doute que le dialogue n’est plus facultatif, mais il est devenu une urgence pressente pour sortir de ce sable mouvant.

Sur le même sujet, « Le Républicain » rapporte que les membres du Conseil de Sécurité ont renouvelé leur soutien total au Représentant spécial du Secrétaire général et à la Minusma pour contribuer à la stabilisation du Mali et pour le lancement de pourparlers de paix sincère sur la base de l’accord préliminaire de Ouagadougou.

le quotidien « Le Combat » estime que si les principaux belligérants ont réussi en un temps record à signer un cessez-le-feu, le choix du médiateur risque d’être un nouveau combat auquel le gouvernement d’IBK va devoir y faire face.

Pour le moment, en tout cas, c’est plutôt à une cacophonie indescriptible qu’on assiste, à cause de la pléthore de ces bonnes volontés, toutes décidées à s’investir pour ramener la paix au Mali, relève le quotidien.

Source:Lemag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , ,