Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Taïeb Fassi Fihri: Le Maroc disposera d’une constitution nouvelle génération à forte dimension internationale et diplomatique
Actualités du Maroc » Politique » Taïeb Fassi Fihri: Le Maroc disposera d’une constitution nouvelle génération à forte dimension internationale et diplomatique

Taïeb Fassi Fihri: Le Maroc disposera d’une constitution nouvelle génération à forte dimension internationale et diplomatique

Par: le vendredi, juin 24, 2011

fassi fihriLe projet de nouvelle constitution se distingue par l’innovation au niveau de l’approche adoptée dans son élaboration », a affirmé le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Taïeb Fassi Fihri soulignant qu’ « il s’agit d’un texte inédit dans la méthodologie de sa préparation, la globalité de son contenu, l’harmonie de ses structures et l’équilibre de ses dispositions ».

Intervenant, mercredi soir, lors d’une émission « Rendez vous avec la Constitution », diffusée par la chaîne 2M, le ministre a indiqué que le projet de constitution « procède d’une volonté royale véritablement réformatrice et constitue le couronnement de la dynamique politique distinguée, que le Maroc a connue durant la dernière décennie à tous les niveaux » .

Ce projet de constitution, ajoute-t-il, prend en considération les acquis innombrables qui ont été engrangés durant cette période, ainsi que les difficultés soulevées et les amendements à apporter ».

Il s’agit, a-t-il insisté, d’un « nouveau pacte social entre les différentes composantes de ce pays et d’une révolution tranquille dans l’architecture institutionnelle du pays qui consacre la suprématie de la loi et l’Etat de droit ».

Il a fait observer, d’autre part, que le peuple marocain « ne vit pas en vase clos ni dans une ilot isolé, mais interagit activement avec son environnement régional et international, à travers l’échange d’idées et le mouvement des personnes et des biens ».

C’est dans cette optique, que « l’on ne peut qu’être fier de la dimension internationale forte et claire du projet de constitution », ce qui donne toute la mesure de « l’harmonie profonde entre les fondements de la politique intérieure de l’Etat et les déterminants de sa politique extérieure, car les choix stratégiques du Maroc au plan extérieur constituent le prolongement naturel et harmonieux des choix opérés au niveau interne », a-t-il fait valoir.

Ceci apparait, a-t-il dit, à travers quatre éléments fondamentaux en rapport avec l’attachement aux valeurs universelles, la détermination des sphères d’appartenance et d’interaction internationales, le rôle et la participation des Marocains résidant à l’étranger et aussi la régionalisation avancée et sa relation avec la question du Sahara marocain« .

Le projet de constitution, consacre, à cet égard, des valeurs universelles adoptées par la nation marocaine et les facteurs du rayonnement du royaume du Maroc au niveau international », a insisté M. Fassi, relevant que la constitution consacre la prééminence du droit international et confère force de loi aux conventions et chartes internationales, bilatérales et multilatérales, telles que ratifiées par le Royaume » .

Le ministre a de même affirmé que les principes de bonne gouvernance stipulées dans le projet de constitution, tant celles relatives à la lutte contre la corruption et à la réforme de la justice ou encore les principes de transparence et de reddition des comptes, corrélée à l’exercice des responsabilités, font du Maroc un partenaire crédible dont le partenariat est sollicité par tous les acteurs internationaux et régionaux ».

Par ailleurs, le ministre a insisté sur l’importance du préambule qui constitue désormais « partie intégrante de la constitution » et définit de manière claire et précise  » les sphères d’appartenance et les axes d’intervention de la diplomatie marocaine ».

Il a ainsi souligné l’importance de l’action d’édification du Maghreb arabe, en tant que choix stratégique, du raffermissement des liens de solidarité avec la nation arabe et islamique, les peuples et les pays africains, outre le renforcement du partenariat avec le voisinage euro-méditerranéen et la coopération avec les autres pays du monde ».

L’édification maghrébine, a poursuivi le ministre, s’inscrit dans ce contexte, en tête des choix stratégiques du Maroc qui n’a de cesse de mettre en exergue la nécessité impérieuse de réaliser l’intégration et la complémentarité maghrébines.

Le Maroc est de la sorte parfaitement conscient que le Maghreb arabe, de par les liens historiques séculaires qui unissent ses différentes composantes , constitue son espace d’appartenance naturel et que l’avenir du Maroc ne peut se concevoir que dans le cadre de cet espace, qui est, au demeurant, une aspiration des partenaires de la région ».

Le Royaume du Maroc, a ajouté Taïeb Fassi Fihri, espère que le mouvement que connaît la région débouche sur l’émergence d’un modèle maghrébin fort, démocratique et intégré.

En plus de cette option stratégique irréversible, ajoute M . Fassi Fihri, « le Maroc fait montre d’ouverture sur d’autres régions pour édifier des partenariats, particulièrement avec le monde arabe et islamique et ce, dans l’intérêt bien compris de la nation arabe ».

C’est dans cette optique que s’inscrit la position du Maroc vis-à-vis de l’appel qui lui a été adressé de la part du Conseil de Coopération du Golfe ». Il a précisé, à ce propos, que le Maroc « a accueille favorablement l’appel du CCG » et fait savoir que ce groupement régional ne doit pas être appréhendé seulement comme une force économique, mais en tant que force politique qui dispose désormais d’un poids certain sur la scène internationale et régionale ».

Taïeb Fassi Fihri a souligné , à cet égard, que « le Maroc est capable d’apporter une valeur ajoutée à ce groupement » , indiquant que les discussions à ce sujet prendront en compte différents aspects notamment la nécessité d’harmoniser les législations pour parvenir à des formules idoines de partenariat véritable, global et multidimensionnel « .

Dans ce même registre, le ministre a noté que « les différentes initiatives qu’entreprend le Maroc dans le cadre de ses choix stratégiques unionistes intéressent également la scène africaine », faisant part à ce propos, du souci du Maroc de consolider ses relations avec les pays africains, en particulier sub-sahariens et ceux riverains de l’Atlantique.

Ces initiatives, a-t-il précisé, ne portent pas seulement sur les relations avec les gouvernements, mais englobent le partenariat institutionnel dans ses différents volets notamment les entreprises, la recherche scientifique, les missions d’étudiants, etc.

S’agissant de la régionalisation avancée, le ministre a indiqué que sa constitutionnalisation dans la nouvelle Loi fondamentale apporte la preuve du sérieux et de la crédibilité de l’initiative marocaine pour trouver une solution de ce conflit, dans le cadre de la proposition d’autonomie, notant, à cet égard, que la mise en place de la régionalisation sur le terrain permettra aux citoyens dans les provinces du Sud de disposer d’un conseil élu qui prendra en charge la gestion de leurs affaires locales.

De même, « cette option permettra de donner consistance au concept de la gouvernance territoriale, dans le respect de la dignité et de la liberté, et de mettre en valeur les richesses dont dispose la région, et ce dans le cadre de la solidarité entre les régions et l’Etat », a dit M. Fassi Fihri.

Pour sa part, l’activiste des droits de l’homme Abdelmajid Bellaghzal a affirmé que la constitutionnalisation de la régionalisation constitue « un message de confiance » destiné à la communauté internationale et aux concitoyens sahraouis, aussi bien ceux des camps de Lahmada que ceux vivant dans les territoires sous souveraineté marocaine, relevant que le projet de constitution représente une valeur ajoutée au processus d’accumulation pour l’édification démocratique.

De son côté, le chercheur marocain Moussaoui Ajlaoui a insisté dans son intervention, sur la nécessité pour le Maroc de prospecter les voies d’une approche nouvelle dans le traitement de la situation d’avenir de la région, de même quŒil a souligné l’impératif d’une forte présence du Maroc sur la scène africaine dans son ensemble, qui devra s’adosser en outre, sur des mécanismes institutionnels.

Pour sa part, le spécialiste marocain des médias, Mohamed Charqui a évoqué les échos suscités par le discours royal du 17 juin au niveau international, affirmant que ce discours a marqué une avancée qualitative dans la mentalité occidentale, encore sous l’emprise du stéréotype que les droits et les libertés sont plutôt l’apanage exclusif de l’Occident .

Ce projet de constitution marocain vient ainsi ébranler cette conviction erronée et confirmer que le Maroc constitue bel et bien une exception au niveau du monde arabe. Le Maroc se trouve placé, de ce fait, devant un véritable défi, d’une part, conforter cette image positive et, d’autre part, faire valoir la position du Royaume en tant qu’Etat moderne au regard des normes universelles de droit, a-t-il conclu.

Source: MAP

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , ,