Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
TGV, tramway, Renault… la France, gros partenaire économique
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » TGV, tramway, Renault… la France, gros partenaire économique

TGV, tramway, Renault… la France, gros partenaire économique

Par: le mardi, avril 2, 2013

Les relations entre le Maroc et la France se traduisent par des échanges commerciaux et des investissements colossaux français. Le point:

Dépassée par l’Espagne comme premier partenaire commercial, la France demeure le premier partenaire économique du Royaume, avec un volume des échanges de 8 milliards d’euros en 2012.

La France est aussi le premier investisseur au Maroc, avec 7500 filiales d’entreprises françaises implantées partout dans le Royaume, employant près 120.000 personnes.maroc-france

Nombreuses sont aussi les sociétés marocaines qui sont dirigées par des entrepreneurs français ou à capitaux français. La plupart des grands groupes français sont présents au Maroc (36 entreprises du CAC 40, dont Total, Vivendi Universal, Suez, EDF, Renault, ..) mais les PME y sont également de plus en plus actives.

En 2011, le flux d’investissements directs français au Maroc s’est élevé à 760 millions d’euros et la France détient 51 % du stock total des IDE au Maroc.

L’implantation de Renault-Nissan à Tanger devrait, compte tenu des investissements directs prévus par l’entreprise (de 600 millions à 1 milliard d’euros) et de ceux probables de ses sous-traitants, générer un flux d’IDE français important au cours des prochaines années.

En 2011, l’Hexagone est resté le premier fournisseur du Maroc, avec 13,9 pc de part de marché et le premier client du Maroc dont elle absorbe 20,3 pc des exportations en 2011. Les exportations marocaines à destination de la France sont concentrées sur les produits textiles, les composants électriques et électroniques et les produits agroalimentaires.

La France est aussi le premier pays d’origine des transferts de capitaux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), avec 2 milliards d’euros transférés au Maroc en 2010, représentant 41 pc du total des transferts des MRE.

Les Français constituent par ailleurs le premier contingent de touristes au Maroc (3,3 millions de visiteurs en 2011, et près de 36 pc des arrivées en 2010) et les recettes associées à ce flux sont évaluées à 1,7 milliard d’euros.

Par ailleurs, le volume de placements concessionnels de l’Agence française de développement (AFD) au Maroc sur la période 2010-2012 s’élève à 831,3 millions d’euros et les engagements cumulés de l’AFD sur cette période sont de un milliard d’euros. L’AFD souhaite accompagner le groupe AWB dans son appui aux entreprises implantées au Maroc voulant se déployer en Afrique subsaharienne.

L’engagement français au Maroc était plus frappant durant la période 2001-2010. En effet, sur les 247 milliards de dirhams (MMDH) investis au Maroc durant cette période, la moitié, soit 123 MMDH, sont originaires de France.

A titre de comparaison, l’ensemble des pays arabes n’ont investi que 24 milliards dans le Royaume.

Malgré ces performances qui placent la France comme premier partenaire économique du Maroc, la ministre française du commerce, Nicole Bricq a souligné que son pays doit améliorer son offre au Maroc « pour qu’elle soit plus compétitive ».

« Nous avons des entreprises performantes, mais il faut qu’elles soient capables d’être les meilleures dans cet univers de concurrence ( ) Nous devons faire mieux, notamment en matière de formation professionnelle ( ) Le Maroc a besoin d’une main d’Âœuvre qualifiée qui puisse se projeter partout dans le monde », avait souligné Mme Bricq lors de récents entretiens avec le ministre de l’économie et des Finances, Nizar Baraka.

Cette vision se recoupe avec celle de l’ambassadeur de France à Rabat qui a souligné, lors d’une précédente conférence de presse que Paris compte consolider le partenariat avec le Maroc, un allié stratégique, et le hisser à des dimensions supérieures, l’objectif étant de maintenir ou d’accroître ses positions en participant à tous les plans sectoriels lancés par le Maroc. TGV, tramway, usine Renault de Tanger, l’éolien, le solaire… sont autant de projets cités en exemple et censés impacter l’avenir avec confiance et amitié, a expliqué M. Charles Fries.

La France souhaite aussi être en première ligne pour accompagner le Maroc dans la reprise des normes et standards européens, ce qui lui donnera plein accès à un immense marché de 500 millions de consommateurs, a-t-il encore souligné avant d’exprimer l’intérêt de Paris à contribuer au développement du Maroc comme plateforme ou hub vers l’Afrique subsaharienne ou vers le Moyen-Orient.

source: Menara

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , , , , , ,