Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Trafic de psychotropes et production d’opium: Ce que cachent les autorités algériennes
Actualités du Maroc » Actualités du Maroc » Trafic de psychotropes et production d’opium: Ce que cachent les autorités algériennes

Trafic de psychotropes et production d’opium: Ce que cachent les autorités algériennes

Par: le jeudi, août 14, 2014

Rabat : Le gouvernement marocain, représenté par les ministères de l’intérieur et de la communication, a produit une mise au point, concernant l’état des lieux, des trafics de drogues dans la région maghrébine, notamment au Maroc et en Algérie, cette dernière étant marquée par un immobilisme suspect face à ce fléau qui va s’aggravant et porte menace à la santé publique dans la région.

6897983-10544921

ors d’une réunion avec la presse déroulée aujourd’hui à Rabat, Mohammed Hassad, ministre de l’intérieur, Mustapha Khalfi, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, et Cherki Drais, ministre délégué à l’Intérieur, ont apporté des précisions relatives aux efforts du Maroc en matière de lutte anti-drogue et exposé la carte des dangers régionaux relatifs à ces trafics, où l’Algérie occupe une place de rampe principale de diffusion.

Le Maroc lutte internationalement contre les trafics de drogue

En effet, après avoir rappeler les différentes politiques, aux premiers résultats réussis, menées par le Maroc, en collaboration avec l’ONUDC (Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime) et à travers le groupe de coopération sécuritaire G4, composé par le Maroc, l’Espagne, le Portugal et la France, lesquelles politiques ont permis de réduire significativement le volume de la filière cannabis au royaume, les 3 ministres marocains ont pointé du doigt, l’immobilisme suspect et douteux, des autorités algériennes face à ce fléau dangereux, dont l’Algérie se trouve être l’un des principaux épicentres de diffusion dans la région.

L’Algérie cache son immobilisme par un discours de dénigrement de ses voisins

Les ministres marocains ont expliqué que si les surfaces de culture de cannabis ont été réduites au Maroc de -65%, grâce aux efforts propres du royaume et à ces coopérations avec les instances internationales et ses voisins européens, en Algérie la situation est dramatiquement autre.

Selon les ministres marocains, les autorités algériennes, dont le pays préside pourtant, la sous-commission chargée de la lutte anti-drogue créée au sein de l’Union du Maghreb,  »se cachent derrière un discours systématique de dénigrement du Maroc, sans jamais prendre la moindre initiative pour lutter efficacement contre les trafics de drogue dans la région », lesquels trafics prennent source pour la plupart d’entre eux et dans les formes les plus dangereuses, en Algérie.

Ainsi, inexplicablement, les autorités algériennes maintiennent délibérément un statu-quo qui ne sert, disent les ministres marocains, ‘‘que les intérêts des trafiquants dont les activités, notamment la contrebande des cigarettes et de psychotropes, demeure la principale source de financement des réseaux terroristes dans la région du Sahel’’.

L’Algérie: un Afghanistan maghrébin de l’Opium

L’Algérie qui dénigre le Maroc à cause du cannabis, demeure, dans la région, le principal pourvoyeur des psychotropes, « au point que les services marocains de sécurité, ont saisi plus de 143.000 comprimés psychotropes depuis le début de l’année 2014 », explique les ministres.

Pire encore, l’Algérie se trouve aussi être terre de production d’opium, une activité que les autorités du pays ont dû reconnaitre officiellement, indiquent les ministres marocains.

Cet opium algérien vient s’ajouter aux psychotropes que les trafiquants algériens distribuent impunément et sans être inquiétés, depuis l’Algérie, vers l’Afrique du nord et spécialement vers le Maroc. C’est une grave menace sur les populations de la région et un gros défit sécuritaire pour les pays voisins de l’Algérie au Maghreb et en Europe, concluent les 3 responsables marocains.

Source:Lemag

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , ,