Liens commerciaux
      Archives
    Commentaires récents
Union pour la Méditerranée:Accord de coopération entre dix banques pour 20 projets
Actualités du Maroc » Culture, Economie, Medias, Santé, Sciences, Société, Sport » Union pour la Méditerranée:Accord de coopération entre dix banques pour 20 projets

Union pour la Méditerranée:Accord de coopération entre dix banques pour 20 projets

Par: le lundi, février 2, 2009

Le partenariat euro-méditerranéen poursuit son petit bonhomme de chemin.

Le partenariat euro-méditerranéen poursuit son petit bonhomme de chemin.
Le 30 janvier à Paris, dix établissements financiers (prochainement rejoints par la Banque africaine de développement « BAD »), ont signé un protocole d’accord prévoyant la mise en œuvre de vingt projets concrets et ce, en concrétisation du protocole d’intention conclu le 7 juillet dernier à Paris, en marge du premier Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement créant l’Union pour la Méditerranée (UPM). Le comité stratégique, actuellement présidé par Bernard Comolet, président du directoire de la Caisse Nationale des Caisses d’Epargne, s’est en effet engagé à consolider les travaux réalisés par les établissements signataires depuis juillet dernier dans l’optique de faciliter l’épargne des migrants, d’abaisser le coût des transferts, de favoriser le financement des PME et des infrastructures. Au cours de l’année 2009, l’étude de la mise en place d’une structure permanente, qui pourrait s’inspirer du modèle d’association existant aujourd’hui dans le domaine aérien, sera également réalisée. Les vingt projets arrêtés par le comité stratégique portent principalement sur les transferts financiers, les produits bancaires, d’assurance et immobiliers, le support et l’assistance des PME, le financement de grands projets et d’infrastructures.

Chacun des cinq groupes de travail qui ont été mis en place depuis cet été et qui ont proposé les projets était présidé par un des établissements du consortium bancaire (Al Amana, le groupe Attijariwafa bank, la Confédération des caisses d’épargne espagnoles, le Crédit Immobilier et Hôtelier, Fransabank, le Groupe Caisse d’Epargne, d’Intesa Sanpaolo, Bank of Alexandria, l’Agence Française de Développement et la Banque Européenne d’Investissement). C’est ainsi que la banque marocaine Attijariwafa bank chapeaute les produits de crédit, d’immobilier, d’assurance, de services, la BIAT (Tunisie) les comptes de dépôt et les produits d’épargne, la CECA (Espagne) les transferts, le Groupe Caisse d’Epargne (France) le financement d’infrastructures et de projets et Intesa Sanpaolo (Italie) le support et l’assistance des entreprises. Le Groupe Caisse d’Epargne Français, qui a joué un rôle pivot dans l’initiation de ce groupe bancaire, assurait également le management global des travaux.

Les établissements signataires ont convenu d’un programme de travail pour 2009 avec la réalisation des vingt projets qu’ils ont arrêtés. Par ailleurs, sera lancée l’étude de la forme que pourrait éventuellement prendre cette alliance. D’ores et déjà, un comité stratégique rassemblant l’ensemble des présidents ou directeurs généraux est mis en place. Il est chargé d’impulser la dynamique de l’alliance, de valider l’ensemble des programmes et projets. Sa présidence, aujourd’hui confiée à Bernard Comolet, sera tournante, assumée par la banque du pays accueillant la réunion annuelle du comité. Un comité directeur est chargé de l’animation des équipes en charge des travaux et de leur suivi. A sa tête, un président est désigné par le comité stratégique, chaque année : Michel Gonnet, président du directoire d’Océor (Groupe Caisse d’Epargne), a ainsi été nommé pour la première année. Il est assisté d’un directeur opérationnel, également désigné par le comité stratégique : Erik Pointillart, directeur des projets internationaux à Océor, assure cette mission.

A l’origine composé de neuf signataires et deux observateurs, le groupe de banques s’est élargi, conformément au protocole initial de juillet. Fransabank SAL (Liban) a ainsi adhéré en octobre et la BAD a déclaré vouloir les rejoindre. Par ailleurs, la BEI et l’AFD, jusque-là observateurs, en deviennent membres à part entière. Par ailleurs, les membres de l’alliance ont déclaré vouloir tout mettre en œuvre pour que leurs projets soient reconnus dans le cadre de l’UPM, comme l’ont été ceux de la dépollution de la Méditerranée, du développement des autoroutes de la mer, ou du plan solaire méditerranéen. En effet, cette alliance de banques, qui contribue à rendre l’UPM tangible auprès de larges populations de cette zone, entend apporter son concours au développement économique de la rive Sud de la Méditerranée.
Par Nadia Benyouref | LE MATIN

Be Sociable, Share!

Mots clés de l'article

Notes : , , , , , , , , , , ,